Mot de Père Bernard

Fil des billets - Fil des commentaires

Pendant ces vacances exerçons l'apostolat de l'Amour

Bien chers jeunes amis,
Nous vous souhaitons de bonnes vacances après ces dernières semaines de travail intensif pour un grand nombre d’entre vous. Je vous invite à lire attentivement la longue introduction de la consigne de cordée. Nous vivons des temps difficiles, mais nous avons confiance, à la suite de Saint Paul, que là où le péché abonde, la grâce surabonde. Ne nous décourageons pas et continuons d’aller à contre-courant en témoignant de Jésus et de son évangile et en étant des instruments de Sa Miséricorde. Benoît XVI avait, à la suite de Jean-Paul II, cette conviction : la Vérité finit toujours par s’imposer par la force de la Vérité. Ne répondons jamais au mal par le mal, à la violence par la violence, mais triomphons du mal par le bien et de la violence par la douceur de l’amour.

En ce temps des vacances, exerçons, sans nous lasser, l’apostolat irrésistible de l’amour dans la joie de l’évangile. Avec notre Pape François, chaque jour de ces vacances, redisons avec enthousiasme à Dieu notre Père dans le souffle de l’Esprit, par Jésus, avec Jésus et en Jésus : Laudato si ô mi Signore !

Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine. Père Bernard

Que Jésus puisse faire sa demeure en nos coeurs !

Bien chers jeunes amis,

n’ayez pas peur d’ouvrir vos coeurs à Jésus qui se tient à la porte et qui frappe. Croyez ce qu’Il nous promet : si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, J’entrerai chez lui, Je prendrai la Cène avec lui et lui avec Moi (Ap 3, 20). Imitons Zachée (Lc 19, 1-10) et qu’en ce mois du Sacré Coeur, Jésus puisse faire sa demeure en notre coeur.

Méditons encore attentivement la magnifique conclusion de l’homélie de Benoît XVI lors de la Messe d’intronisation de son Pontificat. Nous comprendrons mieux alors le premier grand appel de Jean- Paul II : n’ayez pas peur ! Jésus, en ces temps de grave crise spirituelle, recherche des serviteurs fidèles et de parfaits amis et Il nous envoie frapper à la porte de beaucoup de coeurs. N’ayons pas honte de Lui. Il est Notre Seigneur et Notre Dieu. Il nous aime à la folie, aimons-Le amoureusement. Mettons enfin en pratique l’appel ardent à la Mission, lancé par notre Pape François, et méditons l’extrait de son Exhortation apostolique Evangelii Gaudium dont nous parlons dans la consigne spirituelle. Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine.

Père Bernard

En ce temps d'épreuve accrochons nous au chapelet

Bien chers jeunes amis,

C’est le mois de Marie, c’est le mois le plus beau ! Gardons en mémoire cette conviction de ceux qui nous ont transmis la Foi et ayons une confiance plus grande, plus filiale et plus affectueuse envers la Vierge Marie. Comme nous l’écrivons dans la Consigne de cordée, nous ne pouvons pas rester indifférents devant les tragédies qui se vivent actuellement dans le monde. Que de souffrances ! Que d’épreuves ! Nous n’oublions pas, cependant, les grâces du temps pascal. Jésus est le Vivant, le Vainqueur. Par Sa Résurrection, Il a définitivement triomphé de Satan, du péché et de la mort. En ces temps troublés, ne doutons pas. N’ayons pas honte de Jésus, n’ayons pas peur de dire que nous sommes chrétiens, fils et filles de l’Eglise ! Nos frères martyrs, coptes, éthiopiens et les 147 jeunes du Kenya ont été courageux pour témoigner de Jésus jusqu’au martyre. La Puissance de Notre-Seigneur s’est déployée dans leur faiblesse. Organisons des groupes de chapelet pour gagner la paix. Je vous bénis affectueusement et je vous assure de la prière et de l’affection de Mère Magdeleine.

Père Bernard

Vivons notre Triduum Pascal les yeux et le coeur tournés vers Jésus !

Bien chers jeunes amis, Notre consigne de cordée commence avec le début du Triduum pascal, le sommet de l’Année liturgique, les jours les plus importants de notre année. Vivons ces jours, les yeux et le coeur tournés vers Jésus qui institue l’Eucharistie et vit sa Passion de souffrance et d’amour pour nous libérer de l’esclavage du péché, du mal et de Satan. Le Triduum pascal ne se conclut pas le Vendredi Saint par la mort de Jésus. S’il se concluait ainsi, il n’aurait aucun sens ! Il se conclut le dimanche de Pâques où Jésus, par Sa Résurrection, manifeste Sa Puissance divine. Il est le Vainqueur, le Vivant à jamais et Il nous fait participer à Sa Résurrection. Il nous permet de mourir, avec Lui, au péché et de vivre, avec Lui, d’une vie nouvelle: la vie des enfants de Dieu dans la joie et l’amour !

Notre consigne de cordée est inspirée par le dernier livre du Cardinal Sarah : Dieu ou rien ! Cette consigne vous éclairera, je l’espère, et vous permettra de vivre nos temps difficiles dans la sérénité et la paix du coeur, tout en compatissant à la souffrance de tant de contemporains éprouvés.

Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine en vous invitant à être les témoins enthousiastes de Jésus ressuscité. Père Bernard

Entrons dans le mois de mars avec le désir de consoler Jésus

Bien chers jeunes amis, vivons bien ce mois de mars avec le grand désir de consoler Jésus et de nous préparer à la Semaine Sainte et au Triduum pascal, le Sommet de l’Année liturgique. Puisse le témoignage des martyrs coptes dont nous parlons dans la consigne de cordée nous obtenir des grâces de courage et d’amour. Ils n’ont pas apostasié et l’Esprit Saint leur a donné la force d’être témoins de Jésus jusqu’au martyre. Ils étaient jeunes (25 à 35 ans) ! Ils sont, aujourd’hui, des saints du Ciel ! Le témoignage de ces martyrs ne doit pas susciter peur et angoisse, mais plutôt confiance en la Puissance du Coeur de Jésus qui se déploie dans notre faiblesse. Mère Marie-Augusta disait: si vous croyez, si vous croyez, vous verrez la Puissance du Coeur de Jésus. Ayons confiance : Jésus est là et Notre-Dame des Neiges nous guide pas à pas. Laissons l’Esprit-Saint agir en nous et soyons, en ces temps troublés, des témoins de l’Amour de Dieu. Répétons-le encore à la suite de Mère Marie-Augusta : seul, l’apostolat de l’amour est irrésistible. Comme je le dis dans la consigne de cordée : n’oublions pas de beaucoup prier pour notre Pape François. Il est très courageux. Aidons-le de nos prières. Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine. Père Bernard

Entrons dans ce carême avec confiance et désir de consoler le coeur de Jésus

Bien chers jeunes amis, préparons-nous à entrer dans le saint temps du carême avec confiance et désir de consoler le Coeur de Jésus. Nous vivons des temps troublés. Que ces temps ne nous portent pas au découragement. Satan s’agite en notre monde, c’est évident, mais gardons confiance : Dieu agit plus puissamment que lui dans les coeurs. Ouvrons nos coeurs à Sa grâce : Sa Puissance se déploiera dans notre faiblesse. Mettons en application l’appel de notre Pape François dans son message de carême : “sortons de nous-mêmes” pour vaincre la mondialisation de l’indifférence ! N’oublions pas les malades et les personnes âgées qui souffrent de la solitude. Ne nous lassons pas enfin de prier et d’agir pour hâter le triomphe du Coeur Immaculé de Marie, préparant la civilisation de l’amour. Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine.

Père Bernard

Bonne et Sainte année 2015 dans la joie et le courage !

Bien chers jeunes amis,

Nous vous souhaitons une Bonne et Sainte Année 2015. Notre consigne de cordée est un appel au courage. Que sera cette année ? Dieu seul le sait, mais nous avons confiance en Dieu, nous sommes dans ses mains et nous voulons vivre dans l’abandon confiant en Notre-Seigneur. Ce qu’Il attend de nous, c’est la fidélité et le courage ! Alors, n’ayons pas peur d’aller à contre-courant, car, comme vous le découvrirez dans la consigne de cordée, le courage est absolument nécessaire à ceux qui veulent répondre aux appels de notre Pape François. Comment irions-nous à contre-courant sans courage ? Jésus a été courageux, la Vierge Marie, les Saints et les Bons Anges ont été courageux. Demandons à l’Esprit-Saint le don de force, Il nous donnera alors d’être courageux malgré nos faiblesses et nos péchés ! Soyons nombreux le dimanche 25 janvier à Paris pour marcher pour la vie ! Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine. Père Bernard

La beauté de la vie consacrée

Bien chers jeunes amis,

la consigne de cordée de ce mois de décembre devrait nous aider à bien vivre l’année de la vie consacrée en contemplant la Vierge Marie, notre Mère et modèle à tous. En venant en ce monde, Jésus a inauguré une nouvelle forme de vie en choisissant de ne pas se marier, de vivre pauvrement et d’accomplir l’Oeuvre de notre Salut en obéissant à Son Père. Notre Seigneur, c’est évident, ne méprise pas le mariage puisque c’est Lui qui, avec Son Père et le Saint Esprit, a créé la famille et a élevé le mariage au rang de sacrement. Jésus a été appelé par Saint Jean-Baptiste : l’Epoux ! Saint Paul, dans le chapitre 5 de sa lettre aux Ephésiens, révèle l’identité de Son Epouse : l’Eglise !

Méditons bien, en ce mois de novembre, le mystère de la vie consacrée de Jésus et de Marie et prions pour que Dieu donne à son Eglise de nouveaux saints consacrés qui, à la suite de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, seront, dans le Coeur de l’Eglise, l’Amour ! Nous vous attendons nombreux pour venir fêter Notre-Dame des Neiges à Saint-Pierre-de-Colombier, ce samedi 13 décembre. N’ayez peur ni des kilomètres, ni du mauvais temps, ni de la fatigue. Notre-Dame des Neiges vous comblera de grâces. Nous vous souhaitons un Bon et Saint Avent qui vous prépare à un Bon et Saint Noël. Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine.

Père Bernard

Nous devons plus que jamais être les témoins de Jésus

Bien chers jeunes amis,

les temps sont troublés, beaucoup sont découragés, désemparés ou désespérés, mais nous devons plus que jamais être les témoins de Jésus et de l’évangile de la vie, de la vérité et de l’amour. Ne baissons pas les bras, ne nous décourageons pas et n’ayons pas peur de continuer à aller à contre-courant sans nous lasser. Soyons ce que nous devons être, comme le disait Jean-Paul II à nos jeunes aînés en l’an 2000, afin de mettre le feu de l’Amour divin dans le monde. La consigne de cordée de ce mois de novembre 2014 devrait vous aider à mieux comprendre la “déconstruction” ou mieux la “déchristianisation” de la France, Fille aînée de l’Eglise, et de l’Europe aux racines chrétiennes. Le vrai et seul remède est la sainteté pour tous. Alors, en avant, n’ayons pas peur d’être des saints, n’ayons pas peur d’inviter les hommes et les femmes de notre temps à se décider pour l’évangile et la sainteté! Vivons en communion avec les Saints et les âmes du purgatoire. Je vous bénis affectueusement et je vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine.

En ces temps troublés, privilégions le réalisme de l'Espérance

Bien chers jeunes amis,

les évènements de notre monde, en ce nouveau mois du rosaire de l’année 2014, suscitent chez nos contemporains peur, angoisse, tristesse, souffrance et colère. Nous vous avons souvent rappelé les quatre premiers mots de la Constitution pastorale des évêques du Concile Vatican II, l’Eglise dans le monde de ce temps : Gaudium et Spes, Luctus et Angor. Ces quatre mots latins signifient: joie et espérance, tristesse et angoisse. Le titre de la Constitution a privilégié les deux premiers mots, car nos évêques ont fait le choix du réalisme de l’espérance.
Alors, nous aussi, privilégions le réalisme de l’espérance et, en ces temps troublés, continuons sans nous lasser à témoigner de la joie de Dieu et de l’espérance chrétienne. La Consigne de cordée vous fera redécouvrir encore l’importance de la prière du rosaire pour la paix et la famille. Soyons les petits instruments zélés et confiants du Coeur Immaculé de Marie. Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus nous invite à prendre sa résolution: je ne me découragerai jamais !

Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine. Père Bernard

En avant pour une nouvelle année d'étude ou de travail dans la joie

Bien chers jeunes amis, Ce temps de rentrée est marqué par la montée de la haine et de la violence. Beaucoup de nos contemporains ont peur et sont angoissés. Mère Marie Augusta disait en 1948:

“le temps presse. Les démons sont déchainés à travers ce monde perverti. Les coeurs sont pleins de désirs de vengeance, de crimes horribles. Et cependant au milieu d’eux s’élève droit, fort, impératif : l’Amour. C’est Jésus dans ses amis fidèles”.

Vivons ce temps de rentrée avec le désir ardent de faire partie des amis fidèles de Jésus en étant témoins de la vraie joie et de l’espérance chrétienne. Alors, en avant, pour une nouvelle année d’étude ou de travail dans la joie et l’espérance malgré tristesses et angoisses ! Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine. Père Bernard

Bonnes, saines et saintes vacances dans la joie et l'amour

Bien chers jeunes amis,

nous vous souhaitons de bonnes, saines et saintes vacances dans la joie et l’amour. Dans notre consigne de cordée, nous vous invitons à développer la dévotion au Précieux Sang de Jésus, qui est une dévotion d’Amour !

Notre Pape François a donné un très beau message pour la coupe du monde de football. Ce message sera-t-il entendu par tous les footballeurs et surtout par les supporters ? Le sport doit rester à sa place. Il n’est pas une religion ! Nous désirons voir la France aller jusqu’en finale, mais les autres équipes veulent aussi gagner ! La leçon de ce mondial pour la France est positive : nos footballeurs ont, jusqu’à présent, joué avec un véritable esprit d’équipe. Tirons-en la leçon pour nous. Nul n’est chrétien tout seul. C’est en vivant notre Foi dans le “nous” de l’Eglise que nous serons des témoins crédibles de Jésus. Soyons de tels témoins dans la joie et l’amour.

Je vous bénis affectueusement en vous assurant des prières et de l’affection de Mère Magdeleine.


En contemplant Jésus, nous voyons l'Amour de Dieu

Bien chers jeunes amis,
entrons avec joie et détermination en ce nouveau mois du Sacré Coeur de Jésus ! Vous aimez cette dévotion qui n’est pas une dévotion sentimentale et puérile mais une dévotion enracinée dans l’Ecriture Sainte. La Bible parle du Coeur de Dieu. Le Coeur révèle que la personne humaine n’est pas une personne qui n’agirait que “froidement” par la raison. La raison, certes, est importante. Benoît XVI a souvent parlé du rapport raison-Foi. Mais la raison a besoin du coeur ! Le coeur est le siège de l’amour. Le Coeur de Jésus nous révèle donc l’Amour de Dieu qui s’est manifesté en notre histoire humaine ! Cet Amour de Dieu, avant l’Incarnation, nul ne pouvait “le voir”, “le toucher”, “le contempler” (cf. 1 Jn 1, 1). En contemplant Jésus, le Verbe incarné, nous découvrons avec émerveillement ce qu’est l’Amour de Dieu et jusqu’où Il nous a aimés ! Il n’y a pas de plus grande preuve d’Amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ! En ce mois de juin, contemplons et imitons le Coeur de Jésus dans son humilité, sa bonté, sa fidélité et sa générosité. Courage à tous ceux qui passent des examens.
Nous vous attendons dans la joie à Saint-Pierre-de-Colombier pour la prochaine Fête de Pentecôte. Je vous bénis affectueusement en vous assurant de la prière et de l’affection de Mère Magdeleine

Entrons dans ce carême avec le grand désir de suivre Jésus au désert !

Bien chers jeunes amis,

nous allons entrer dans le temps du carême qui nous prépare au sommet de l’année liturgique : le Triduum pascal. Notre consigne de cordée devrait vous aider à vivre le message de carême de notre Pape François. Le plus important pendant ce temps de grâce est de suivre Jésus au désert puis d’accompagner Jésus dans sa Passion. Ce n’est pas pour rire qu’Il nous a aimés disait Mère Marie Augusta à la suite de Sainte Angèle de Foligno. Emerveillons-nous devant la grande générosité de Jésus et demandons à Notre-Dame des Neiges la grâce d’être généreux à notre tour.

Sachons aussi “voir” la triple misère qui frappe tant de nos contemporains : la misère matérielle, morale et spirituelle. Avec l’Eglise, prions, souffrons et offrons sans nous habituer à cette triple misère mais en cherchant à imiter le Bon Samaritain. Comprenons davantage l’urgence de la nouvelle évangélisation et de l’éducation des coeurs.

Je vous bénis affectueusement et je vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine. Bon et Saint Carême !
Père Bernard

Ne baissons pas les bras et apprenons le dialogue !

Bien chers jeunes amis,

notre consigne de cordée de ce mois de février devrait vous aider à ne pas vous décourager et à ne pas baisser les bras dans le combat que nous menons pour défendre la famille, la vie humaine, le bel amour, la dignité de toute personne humaine, la vraie justice. Ne baissez pas les bras mais témoignez courageusement et fermement de la Vérité dans la douceur de l’amour et la miséricorde. Méditez les évangiles et vous découvrirez comment Jésus est entré en dialogue avec la Samaritaine, la femme adultère, Zachée ou d’autres pécheurs. A la suite de notre Pape François, apprenons à dialoguer avec nos contemporains, entendons le cri de leurs souffrances et de leur colère et témoignons, avec Jean-Paul II et Benoît XVI, de la Splendeur de la Vérité qu’est Jésus. N’oublions jamais la conviction de Mère Marie-Augusta : l’apostolat de l’amour est irrésistible.

Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine.

Père Bernard

Avec Jésus, vivons cette année 2014 dans la Joie de l'évangile !

Bien chers jeunes amis, nous vous souhaitons une Bonne et Sainte Année 2014 et nous vous invitons à rayonner davantage encore la joie de l’évangile. Notre Pape François exhorte tous les baptisés à rayonner cette joie. Prenons au sérieux cette exhortation à la joie et comprenons en profondeur qu’elle est inspirée par le Saint-Esprit. Les évêques du Concile Vatican II auraient eu bien des raisons de choisir les mots tristesses et angoisses pour décrire la situation du monde des années 64-65. Ils ont voulu privilégier “Gaudium et Spes”, Joie et Espérance. Ils n’étaient ni naïfs, ni idéalistes utopiques, mais des successeurs des apôtres de Jésus, qui voulaient vivre du réalisme de l’espérance. Le fondement de ce réalisme est Jésus, vrai Dieu et vrai homme. Le fondement de la joie de l’évangile dont parle notre Pape François est aussi Jésus. Vivons cette année 2014 dans une plus grande union à Jésus, nous connaîtrons la joie de l’évangile et nous la rayonnerons. Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine. Père Bernard

Désirons la vraie joie : la joie évangélique

Bien chers jeunes amis,
la consigne de cordée vous invite à la joie évangélique. Méditez-la bien et vivez-la. Jésus et Notre-Dame des Neiges ont besoin de témoins enthousiastes, généreux et courageux. Mais comprenez bien en profondeur : la joie à laquelle vous appelle notre Pape François, à la suite de Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI, n’est pas n’importe quelle joie. Ce n’est pas la joie superficielle et mondaine, mais la joie spirituelle, la joie évangélique. Préparons-nous à cette joie par un Bon et Saint Avent.

Prions les uns pour les autres et demandons à la Vierge Marie que nous aurons la grande joie de fêter solennellement, les 9 et 14 décembre, de nous obtenir la grâce de vivre la joie de l’évangile. Nous vous invitons à ne pas avoir peur de venir prier Notre-Dame des Neiges le 14 décembre à St Pierre et de ne pas avoir peur de faire la Retraite du 26 au 31 décembre. Le Père et Mère Marie Augusta, pour le Noël 1947 à Saint-Pierre-de-Colombier, avaient invité les paroissiens à vivre un vrai Noël chrétien avec Jésus. Nous vous souhaitons de vivre un tel Noël et nous vous assurons de nos prières et de notre affection.

Père Bernard et Mère Magdeleine

N'ayons pas peur d'être des saints !

Bien chers jeunes amis,

l’année de la Foi va se conclure. Comment l’avons-nous vécue ?
Si nous n’avons pas encore accueilli les grâces que Dieu nous avait préparées, il est temps de les désirer ! Vivons donc bien ces quatre dernières semaines de l’année de la Foi avec le désir ardent de recevoir toutes les grâces que Dieu par l’Eglise veut nous donner. Ceux qui participeront à la Session sur l’Encyclique “Lumen Fidei”, promulguée par notre Pape François, pourront obtenir la grâce de l’indulgence plénière de l’année de la Foi.

Commençons ce mois de novembre, le coeur tourné vers nos amis du Ciel : in Altum ! Les Saints veulent nous aider, ils désirent nous obtenir de Dieu des grâces de confiance et de force en ces temps difficiles. Ils veulent, surtout, nous communiquer leur désir de sainteté. N’ayons pas peur d’être des saints ! La petite Thérèse Martin n’a pas été orgueilleuse en désirant être une grande sainte. C’est l’Esprit Saint qui lui communiquait ce grand désir. Notre Père Fondateur et Mère Marie Augusta ont entraîné leurs enfants spirituels à désirer la sainteté. Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine.

Père Bernard

Vivons ce mois du rosaire en communion avec le Coeur Immaculé de Marie !

Bien chers jeunes amis,

nous vous invitons à bien vivre ce mois du rosaire en communion avec le Cœur Immaculé de Marie. Priez le bienheureux Jean-Paul II de vous obtenir de la Vierge Marie la grâce de la prière du rosaire. Cette prière, aimait-il redire, était sa prière préférée. Par cette prière, il a mieux compris les mystères de la vie de Jésus. Si vous n’avez pas encore lu sa lettre apostolique sur le rosaire, nous vous encourageons à la méditer. Elle est facile à lire et c’est un trésor spirituel. Notre consigne de cordée vous aidera à mieux comprendre le message de Fatima et le lien entre consécration au Cœur Immaculé de Marie et triomphe du Cœur Immaculé de Marie.

Nous désirons, tous, la paix dans le monde, mais nous ne pouvons pas édifier cette paix par nos pauvres forces humaines. Qui le peut ? Dieu, bien évidemment ! Dans la plus grande prophétie du vingtième siècle, Dieu nous a indiqué les moyens pour obtenir un temps de paix pour le monde : la dévotion des premiers samedis du mois et la consécration au Cœur Immaculé de Marie.

Alors, en avant, soyons les petits instruments du Cœur Immaculé de Marie et hâtons le triomphe de ce Cœur ! Je vous bénis affectueusement en vous assurant des prières et de l’affection de Mère Magdeleine et de nos frères et sœurs.

Père Bernard

Soyons des instruments de la paix !

Bien chers jeunes amis,

nous avons vécu, en cet été 2013, un évènement exceptionnel avec les JMJ de Rio de Janeiro. Que ce rassemblement sous le signe de la joie, en cette année de la Foi, reste gravé en nos coeurs et nous donne courage et détermination pour commencer une nouvelle année d’étude ou de travail ! Le début de ce mois de septembre ne porte pourtant pas à la joie et à l’espérance, mais plutôt à l’angoisse et à la tristesse. L’Egypte est en pleine crise. La Syrie se trouve dans une situation de plus en plus tragique et dramatique. Quelles seront les conséquences d’un nouvel engagement militaire de l’Occident que le Saint-Siège désapprouve ? Il est urgent de revenir aux fondements de la paix, qui se trouvent dans l' Encyclique “Pacem in Terris”, donnée par Jean XXIII, le 11 avril 1963 : la vérité, la justice, l’amour et la liberté. Soyons des instruments de la paix et ne nous lassons pas de témoigner des valeurs non négociables et de ne pas avoir peur d’aller à contre-courant ! Je vous bénis affectueusement en vous assurant des prières et de l’affection de Mère Magdeleine. Père Bernard

- page 1 de 3