Et maintenant, faut-il baisser les bras devant la sourde oreille du président, du gouvernement et du parlement ? Ils jouent l’indifférence, mais ils ont peur, peur de la vérité, qu’ils ne peuvent enchaîner et qui triomphe toujours par sa correspondance avec la raison. Face à elle, tous leurs vains discours sont désarmés, discours qui ne cherchent pas tant à raisonner qu’à ridiculiser. La manifestation du 24 mars doit être sans précédent ! Mobilisons-nous, invitons, organisons, la France, fille aînée de l’Église nous attend et compte sur nous ! Agissons comme si tout dépendait de nous et prions en sachant que tout dé- pend de Dieu. Nous n’avons pas le choix, il faut être nombreux !

Nous n’oublierons pas, le 24 mars, que c’est d’abord le dimanche des rameaux et de la Passion que nous célèbrerons à Paris en l’église Saint François Xavier à 11h30.

Article publié dans In Altum n°38, mars 2013