Nous sommes tous passés dans la vie par des moments où cette vertu est très difficile, mais c’est précisément la voie d’un amour authentique, d’un amour qui sait donner la vie, qui ne cherche pas à utiliser l’autre pour son propre plaisir. C’est un amour qui considère sacrée la vie de l’autre personne: je te respecte, je ne veux pas t’utiliser, je ne veux pas t’utiliser. Cela n’est pas facile. Nous connaissons tous les difficultés de surmonter cette conception «facile» et hédoniste de l’amour. Pardonnez-moi si je dis une chose que vous n’attendiez pas, mais je vous demande: efforcez-vous de vivre l’amour de façon chaste.

Et nous tirons une conséquence de cela: si l’amour est respectueux, si l’amour est dans les gestes, si l’amour est dans la communication, l’amour se sacrifie pour les autres. Regardez l’amour des parents, de nombreuses mères, de nombreux pères qui le matin arrivent fatigués parce qu’ils n’ont pas bien dormi pour soigner leur enfant malade, ça c’est de l’amour! C’est du respect. Ce n’est pas avoir une vie facile. Cela est — nous évoquons ici un autre mot-clé — un «service». L’amour est service. C’est servir les autres. Lorsque Jésus, après le lavement des pieds, a expliqué son geste aux apôtres, il a enseigné que nous sommes faits pour nous servir les uns les autres, et si je dis que j’aime et que je ne sers pas l’autre, je n’aide pas l’autre, je ne le fais pas aller de l’avant, je ne me sacrifie pas pour l’autre, cela n’est pas de l’amour. Cet histoire d’amour de Dieu interpellé à travers les gestes et à travers le dialogue, avec le respect, avec le pardon, avec la patience au cours de tant de siècles d’histoire avec son peuple, finit là: son Fils sur la croix, le service plus grand, qui est de donner la vie, se sacrifier, aider les autres. Il n’est pas facile de parler d’amour, il n’est pas facile de vivre l’amour. Mais avec ces réponses que j’ai données, Chiara, j’espère que je t’ai aidée en quelque chose, dans les questions que tu me posais. Je ne sais pas, j’espère qu’elles t’ont été utiles.

lire ICI les réponses du pape en intégralité