Pendant ces vacances exerçons l'apostolat de l'Amour

Bien chers jeunes amis,
Nous vous souhaitons de bonnes vacances après ces dernières semaines de travail intensif pour un grand nombre d’entre vous. Je vous invite à lire attentivement la longue introduction de la consigne de cordée. Nous vivons des temps difficiles, mais nous avons confiance, à la suite de Saint Paul, que là où le péché abonde, la grâce surabonde. Ne nous décourageons pas et continuons d’aller à contre-courant en témoignant de Jésus et de son évangile et en étant des instruments de Sa Miséricorde. Benoît XVI avait, à la suite de Jean-Paul II, cette conviction : la Vérité finit toujours par s’imposer par la force de la Vérité. Ne répondons jamais au mal par le mal, à la violence par la violence, mais triomphons du mal par le bien et de la violence par la douceur de l’amour.

En ce temps des vacances, exerçons, sans nous lasser, l’apostolat irrésistible de l’amour dans la joie de l’évangile. Avec notre Pape François, chaque jour de ces vacances, redisons avec enthousiasme à Dieu notre Père dans le souffle de l’Esprit, par Jésus, avec Jésus et en Jésus : Laudato si ô mi Signore !

Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine. Père Bernard

Triathlon de la Foi à Lyon

En cette année 2014-2015, le foyer de Lyon propose aux jeunes (17-35 ans) une formation :

Le Triathlon de la Foi

  • un concept clair et simple : Collation, Formation, Adoration.
  • le lundi soir tous les 15 jours, de 19h30 à 21h30
  • au foyer de Lyon : 14, rue Louis Blanc - 6906 LYON

Pour en savoir plus, s'incrire, c'est ci-dessous...

La fête du Sacré Coeur

En ce mois de juin, et en ces quelques jours qui nous préparent à la fête du Sacré Coeur, relisons ces lignes du pape Benoît XVI sur la beauté et l'actualité de la dévotion au Sacré Coeur :

"Nous commençons aujourd’hui le mois de juin, dédié au Sacré-Cœur de Jésus. Arrêtons-nous souvent pour contempler ce profond mystère de l’amour divin. Dans le Cœur du Rédempteur nous adorons l’amour de Dieu pour l’humanité, sa volonté de salut universel, son infinie miséricorde . Rendre un culte au Sacré Cœur du Christ signifie par conséquent adorer ce Cœur qui, après nous avoir aimés jusqu’au bout, fut transpercé par une lance et duquel, du haut de la Croix jaillit du sang et de l’eau, source intarissable de vie nouvelle." (Benoit XVI, 1er juin 2005)

"Les mots du prophète Isaïe - "Vous puiserez de l'eau avec joie aux sources du salut" (Is 12, 3) - qui ouvrent l'Encyclique dans laquelle Pie XII rappelait le premier centenaire de l'extension de la fête du Sacré-Coeur de Jésus à toute l'Eglise - n'ont rien perdu, aujourd'hui, 50 ans plus tard, de leur signification. En promouvant le culte du Cœur de Jésus, l'Encyclique Haurietis aquas exhortait les croyants à s'ouvrir au mystère de Dieu et de son amour, en se laissant transformer par lui. A cinquante ans de distance, continuer à approfondir leur relation avec le Coeur de Jésus, de façon à raviver en eux-mêmes la foi en l'amour salvateur de Dieu en l'accueillant toujours mieux dans leur propre vie demeure pour les chrétiens un devoir toujours actuel."

consécration des prêtres au Coeur Immaculé de Marie par Benoît XVI

Le 12 mai 2010, à Fatima, lors de son voyage pour le 10e anniversaire de la béatification de Jacinta et Francisco, le pape Benoît XVI a consacré tous les prêtres du monde au Coeur Immaculé de Marie, prière qu'il a renouvelée avec les prêtres du monde entier, le 11 juin 2010 à Saint Pierre de Rome, pour la clôture de l'année sacerdotale, en présence de prêtres du monde entier.

Mère Immaculée, en ce lieu de grâce, convoqués par l’amour de ton Fils Jésus, Grand et Eternel Prêtre, nous, fils dans le Fils et ses prêtres, nous nous consacrons à ton Cœur maternel, pour accomplir fidèlement la Volonté du Père.

Nous sommes conscients que, sans Jésus, nous ne pouvons rien faire de bon (cf. Jn 15, 5) et que, seulement par Lui, avec Lui et en Lui, nous serons pour le monde des instruments de salut.

Épouse de l’Esprit Saint, obtiens-nous l’inestimable don d’être transformés dans le Christ. Par la puissance même de l’Esprit qui, étendant sur Toi son ombre, t’a rendue Mère du Sauveur, aide-nous afin que le Christ, ton Fils, naisse aussi en nous. Que l’Église puisse ainsi être renouvelée par de saints prêtres, transfigurée par la grâce de Celui qui fait toutes choses nouvelles.

Aujourd'hui, être chrétien, c'est donner à Dieu la première place face au sécularisme !

Les derniers enseignements de Benoît XVI : l'audience du 13 février...

« Se convertir »signifie suivre Jésus de manière à ce que son Évangile soit un guide concret de la vie ; cela signifie laisser Dieu nous transformer (...) et que c’est seulement en « perdant » notre vie que nous pouvons la gagner en Lui. Cela exige d’effectuer nos choix à la lumière de la Parole de Dieu. Aujourd’hui, on ne peut plus être chrétiens simplement en conséquence du fait de vivre dans une société qui a des racines chrétiennes : même celui qui naît dans une famille chrétienne et qui est éduqué religieusement doit, chaque jour, renouveler le choix d’être chrétien, c’est-à-dire donner à Dieu la première place, face aux tentations que la culture sécularisée lui propose continuellement, face au jugement critique de beaucoup de contemporains. Les épreuves auxquelles la société actuelle soumet le chrétien, en effet, sont nombreuses, et touchent la vie personnelle et sociale. Il n’est pas facile d’être fidèles au mariage chrétien, de pratiquer la miséricorde dans la vie quotidienne, de laisser une place à la prière et au silence intérieur. Il n’est pas facile de s’opposer publiquement à des choix que beaucoup considèrent évidents, tels que l’avortement en cas de grossesse non-désirée, l’euthanasie en cas de maladies graves, ou la sélection des embryons pour prévenir des maladies héréditaires. La tentation de mettre de côté sa propre foi est toujours présente et la conversion devient une réponse à Dieu qui doit être confirmée à plusieurs reprises dans notre vie.

Benoît XVI, Audience générale du 13 février 2013

Lumen fidei, la première encyclique du pape François !

Le 5 juillet a été présentée la première encyclique du pape François : Lumen fidei. Rédigée en grande partie par Benoît XVI, le pape François y a ajouté sa note personnelle et la publie en cette année de la foi. Voici la présentation qu'il en a faite aux pèlerins rassemblés place saint Pierre pour l'angélus du 7 juillet :

"Chers frères et soeurs, Comme vous le savez, la lettre encyclique sur le thème de la foi, intitulée Lumen fidei, "La lumière de la foi", a été publiée il y a deux jours. Pour l'Année de la foi, le pape Benoît XVI avait commencé cette encyclique, qui fait suite à celles sur la charité et sur l'espérance. J'ai recueilli ce beau travail, et le je l'ai achevé. Je l'offre avec joie a tout le Peuple de Dieu: tous en effet, spécialement aujourd'hui, nous avons besoin d'aller à l'essentiel de la foi chrétienne, de l'approfondir, et de la confronter avec les problématiques actuelles. Mais je pense que cette encyclique, au moins certaines de ses parties, peut aussi être utile à qui est à la recherche de Dieu et du sens de la vie. Je la remets entre les mains de Marie, icône parfaite de la foi, afin qu'elle puisse porter les fruits que le Seigneur veut."

Benoît XVI, un messager docte et humble, au regard tourné vers l'Eucharistie

« J’adresse une pensée pleine d’affection et de profonde gratitude à mon vénéré Prédécesseur Benoît XVI qui, durant son pontificat, a enrichi et vivifié l’Église par son Magistère, sa bonté, son gouvernement et sa foi, son humilité et sa douceur. Ils resteront un patrimoine spirituel pour tous. Le ministère pétrinien, vécu dans un esprit de totale abnégation, a trouvé en lui un messager docte et humble dont le regard est resté toujours fixé sur le Christ, le Christ ressuscité, présent et vivant dans l’Eucharistie ».

Pape François, audience aux cardinaux, vendredi 15 mars 2013

Qu'est-ce que le Baptême ?

En ce temps pascal, où nous rendons grâce pour le don du baptême, fruit du Mystère pascal, voici un extrait de l’homélie de Benoît XVI pour le baptême du Seigneur, 13 janvier 2013, où comme de coutume,il avait baptisé plusieurs petits enfants.

« Chers frères et sœurs, que se passe-t-il dans le baptême que j’administrerai d’ici peu à vos enfants ?

C’est précisément cela qui se passe : ils seront unis de manière profonde et pour toujours avec Jésus, plongés dans le mystère de sa puissance, de son pouvoir, c’est-à-dire dans le mystère de sa mort, qui est source de vie, pour participer à sa résurrection, pour renaître à une vie nouvelle. Voilà le prodige qui se répète aujourdhui aussi pour vos enfants : en recevant le baptême, ils renaissent comme fils de Dieu, participant à la relation filiale que Jésus a avec le Père, capables de s’adresser à Dieu en l’appelant avec une familiarité et une confiance totales : « Abbà, Père ».

Sur vos enfants aussi le ciel est ouvert, et Dieu dit : ce sont mes enfants, les enfants en qui je me complais. Insérés dans cette relation et libérés du péché originel, ils deviennent des membres vivants de l’unique corps qui est l’Église et ils sont en mesure de vivre en plénitude leur vocation à la sainteté, de manière a pouvoir ainsi hériter la vie éternelle, qui nous a été obtenue par la résurrection de Jésus. »

Article publié dans In Altum n°37 février 2013

Josef Ratzinger et Karol Wojtyla : une amitié

Nous savons la grande proximité spirituelle et la grande amitié qui unissait Jean Paul II et le futur Benoît XVI : "En le voyant prier, j'ai vu - et pas seulement compris -, j'ai vu que c'était un homme de Dieu" se rappelle Benoît XVI en évoquant Jean Paul II.
Voici des extraits (publiés par Zénit) d’un entretien du pape Benoît XVI avec Andrzej Majewski, responsable des émissions catholiques pour la télévision publique polonaise. Cet entretien a eu lieu à l'occasion de l'anniversaire de l'élection de Jean-Paul II, le 16 octobre 2005, date de la « Journée Jean-Paul II » célébrée en Pologne chaque année ce jour là.


Le Saint Père y raconte comment son amitié est née avec Karol Wojtyla, et comment il continue à le prier et lui parler dans un dialogue toujours renouvelé.

La conversion: laisser Dieu agir sur notre coeur

Les derniers enseignements de Benoît XVI : l'homélie des cendres

"Le retour à Dieu devient réalité concrète dans notre vie seulement lorsque la grâce du Seigneur pénètre dans l’intime et le secoue, nous donnant la force de « déchirer notre cœur ». C’est encore le prophète qui fait résonner de la part de Dieu ces paroles : « Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements » (v. 13). En effet, de nos jours aussi, beaucoup sont prêts à « déchirer leurs vêtements » devant les scandales et les injustices – naturellement commis par les autres –, mais peu semblent disponibles à agir sur leur propre « cœur », sur leur propre conscience et sur leurs intentions, laissant au Seigneur de transformer, renouveler et convertir."

Benoît XVI, messe des Cendres du 13 février 2013

Découvrez le hors série In Altum "spécial Benoît XVI" !

Téléchargez ICI gratuitement le nouveau hors série d'In Altum "spécial Benoît XVI"!

Dans ces 20 pages retraçant la vie et les grandes lignes du pontificat lumineux du grand pape Benoît XVI:

  • Joseph Ratzinger, « Fidèle serviteur et parfait ami » de Dieu
  • De Jean Paul II à Benoît XVI, du 2 au 19 avril 2005
  • Les grands textes
  • Les voyages
  • Benoît XVI et les jeunes
  • Benoît XVI et la liturgie
  • La Vierge Marie et les prêtres
  • L’œcuménisme et le dialogue interreligieux
  • Foi et raison
  • Benoît XVI et le concile Vatican II
  • Les grands évènements du pontificat
  • Photos...

Benoît XVI aux cardinaux: je promets dès aujourd'hui mon respect et mon obéissance inconditionnels au futur pape

Avant de vous saluer personnellement, je désire vous dire que je continuerai d’être proche de vous par la prière, en particulier au cours des prochains jours, afin que vous soyez pleinement dociles à l’action de l’Esprit Saint pour l’élection du nouveau Pape. Que le Seigneur vous montre quelle est Sa volonté. Et parmi vous, parmi le Collège cardinalice, se trouve également le futur Pape, auquel je promets dès aujourd’hui mon respect et mon obéissance inconditionnels. Pour cela, avec affection et reconnaissance, je vous donne de tout cœur la Bénédiction apostolique.

salut de congé aux cardinaux, jeudi 28 février 2013

« L'étoile de votre pontificat brillera toujours »

Le 11 février, Benoît XVI a annoncé renoncer au siège de Pierre. Après un pontificat exceptionnel, c’est pour l’Église le temps de la prière...

« Un coup de tonnerre dansun ciel serein. » C’est ainsi que, sous le coup de l’émotion et de la surprise, le Cardinal Sodano, doyen du collège des cardinaux, a commenté la décision de Benoît XVI aussitôt après l’annonce de ce 11 février. Avant de remercier le Saint Père : « L’étoile de votre pontificat brillera toujours au milieu de nous. » Cette décision inattendue a surpris. Le Saint Père a dit l’avoir prise dans la prière et devant Dieu, pour le bien de l’Église. Comment, en dépit de la peine, ne pas faire confiance à ce Pape qui s’est toujours laissé guider par le seul critère qui lui tenait à cœur : la volonté de Dieu ?

La dernière audience de Benoît XVI

La Place Saint Pierre débordait largement sur la Via della Conciliazione ce mercredi 27 février, pour la dernière audience de Benoît XVI. Le Pape a fait un long tour en papamobile avant l’audience pour saluer une dernière fois les nombreux pèlerins venus lui témoigner leur affection et leur gratitude. Benoît XVI est apparu très serein, et a été à plusieurs reprises longuement acclamé au cours de cette audience particulièrement émouvante. Le Saint Père, qui a dit être profondément ému, a remercié Dieu pour sa présence à son Église durant ces huit années. Il est revenu sur sa décision de renoncer au ministère pétrinien, décision prise avec « une grande sérénité d’esprit ». « Je n'abandonne pas la croix, a dit Benoît XVI, mais je reste d'une nouvelle façon près du Seigneur crucifié. (…) Aimer l'Eglise, c'est aussi avoir le courage de faire des choix difficiles, de souffrance, mettant toujours en priorité le bien de l'Eglise et non de soi-même. »

Merci Benoît XVI, nous vous faisons une totale confiance!

Bien chers jeunes amis, Vous êtes la génération Benoît XVI et vous souffrez de la décision que ce Pape, que nous avons tant aimé, a dû prendre pour le bien de l’Eglise. Faisons une totale confiance en celui qui a exercé dans une si grande humilité et un courage exemplaire le ministère pétrinien pendant 8 années. Il ne nous abandonne pas, il demeure très présent à la vie de l’Eglise par sa vie entièrement donnée. Il n’exerce plus visiblement sa mission dans la Tête de l’Eglise, mais il prie, souffre et offre dans le Cœur de l’Eglise. Remercions-le de tout cœur d’avoir accepté d’être notre Saint-Père pendant 8 années ! Remercions-le de nous avoir donné des enseignements lumineux ! Remercions-le pour ses trois tomes sur Jésus !

Nous ne pouvons pas encore mesurer tout ce qu’il a apporté à l’Eglise et au monde depuis l’année 1981. Prions beaucoup pour lui et pour son successeur.

En ce mois de mars de l’année de la Foi, n’oublions pas que Jésus est notre Rocher. Préparons-nous à bien vivre le grand Triduum pascal et à redécouvrir, avec un cœur jeune et enthousiaste, que Jésus nous aime à la folie ! En retour, aimons-Le passionnément et aimons sans nous lasser notre prochain.

Bon et Saint Carême de l’année de la Foi ! En union avec Mère Magdeleine, je vous bénis affectueusement.

Message de Carême de l'année de la foi : La foi et la charité

Dans son message de Carême 2013 de l'année de la Foi, "Croire dans la charité suscite la charité « Nous avons reconnu et nous avons cru que l'amour de Dieu est parmi nous » (1 Jn 4, 16)", le pape Benoît XVI nous invite à méditer sur le rapport entre les deux vertus de foi et de charité, considérant l'existence chrétienne comme : " une ascension continue du mont de la rencontre avec Dieu pour ensuite redescendre, en portant l’amour et la force qui en dérivent, de manière à servir nos frères et sœurs avec le même amour que Dieu.", et rappelant que la plus grande oeuvre de charité est l'évangélisation.

Le Saint Père nous oriente pour que nous vivions notre carême de façon à " alimenter la foi à travers une écoute plus attentive et prolongée de la Parole de Dieu et la participation aux Sacrements, et, dans le même temps, à croître dans la charité, dans l’amour de Dieu et envers le prochain, également à travers les indications concrètes du jeûne, de la pénitence et de l’aumône."

En voici quelques extraits :

Message de Benoît XVI pour les malades : les saints, des témoins d'amour dans la souffrance

Le 11 février 2013, mémoire liturgique de Notre-Dame de Lourdes, la XXIe Journée mondiale du Malade sera célébrée de façon solennelle au Sanctuaire marial d’Altötting, en Bavière. Cette journée, voulue par Jean Paul II en 1992 est « un temps fort de prière, de partage, d’offrande de la souffrance pour le bien de l’Église et un appel à tous à reconnaître dans les traits du frère malade la Sainte Face du Christ qui, par sa souffrance, sa mort et sa résurrection a opéré le salut de l’humanité » (Jean-Paul II, Lettre de création de la Journée mondiale du malade, 13 mai 1992, n. 3).

A cette occasion, le Saint Père a adressé un message à tous les malades, le personnel de santé, les fidèles chrétiens et toutes les personnes de bonne volonté, qui reprend la parabole du Bon Samaritain, et commente la dernière phrase de cette parabole : "Va et toi aussi, fais de même!" (Lc 10, 37). Le pape y présente également plusieurs modèles de sainteté qui peuvent aider malades et fidèles à vivre la souffrance et le don de soi dans une perspective d'offrande et d'amour,aidant les personnes malades à valoriser la souffrance sur le plan humain et spirituel, afin qu’elles soient un exemple et un stimulant.

En voici donc quelques extraits:

En route vers les JMJ de Rio !

Je voudrais vous renouveler mon invitation à participer nombreux à cet événement important. La célèbre statue du Christ Rédempteur qui surplombe la belle ville de Rio de Janeiro en sera le symbole éloquent : ses bras ouverts sont le signe de l’accueil que le Christ Rédempteur réservera à tous ceux qui viendront à lui et son Cœur représente l’immense amour qu’il a pour chacun et chacune d’entre vous. Laissez-vous attirer par lui ! Vivez cette expérience de rencontre avec le Christ avec de nombreux autres jeunes qui convergeront vers Rio de Janeiro pour la prochaine rencontre internationale ! Laissez-vous aimer par lui et vous serez les témoins dont le monde a besoin.

Extrait du message de Benoît XVI pour préparer la XXVIIIe Journée Mondiale de la Jeunesse 2013 à Rio de Janeiro.

Pour comprendre le monde, nous ne pouvons pas nous arrêter aux nouvelles!

Nous ne pouvons pas nous arrêter seulement aux nouvelles si nous voulons comprendre le monde et la vie; nous devons être capables de nous plonger dans le silence, dans la méditation, dans la réflexion calme et prolongée; nous devons savoir nous arrêter pour penser. De cette manière, notre âme peut trouver la guérison des inévitables blessures de la vie quotidienne, elle peut descendre en profondeur dans les faits qui se produisent dans notre vie et dans le monde, et parvenir à cette sagesse qui permet d’évaluer les choses avec des yeux nouveaux. C’est surtout dans le recueillement de la conscience, où nous parle Dieu, que l’on apprend à regarder avec vérité ses propres actions, y compris le mal présent en nous et autour de nous, pour commencer un chemin de conversion qui rend plus sages et meilleurs, davantage capables d’engendrer la solidarité et la communion, de vaincre le mal par le bien.Le chrétien est un homme d’espérance, aussi et surtout face à l’obscurité qui existe souvent dans le monde et qui ne dépend pas du projet de Dieu mais des choix erronés de l’homme, car il sait que la force de la foi peut déplacer les montagnes (cf. Mt 17, 20): le Seigneur peut également illuminer les ténèbres les plus profondes.

Extrait de l'homélie de Benoît XVI lors de la célébration des vêpres et du Te Deum d'action de grâce pour la fin de l'année 2012, Lundi 31 décembre 2012.

Benoît XVI sur Twitter!

Le mercredi 12 décembre à 11h30, le pape Benoît XVI envoyait son premier message sur Twitter en bénissant de grand cœur tous ses « followers ». Une semaine seulement après, ses premier pas, le pape comptait déjà près de 2,070 millions de « followers » !!!

La présence du pape sur Twitter est une expression concrète de sa conviction que l’Église doit être présente dans le monde numérique et dans le monde des nouveaux médias. Au total , en une semaine, neuf messages ont été publiés sur le compte officiel @Pontifex, en huit langues (anglais, espagnol, français, arabe, portugais, polonais, italien, allemand): il s’agit de trois questions sur la foi sé- lectionnées parmi les milliers envoyées au pape et de six ré- flexions du pape. Les messages du pape s’inscrivent dans un objectif de « nouvelle évangélisation » et se focalisent sur la confiance et la proximité de Dieu dans le quotidien.

Article publié dans In Altum n°36 de janvier 2013

- page 1 de 6