Se Livrer

Relisons, en ce mois d'août, la magnifique méditation de sainte Thérèse Couderc, fondatrice du Cénacle : Se livrer

Déjà plusieurs fois Notre-Seigneur m'avait fait connaître combien il était utile pour l'avancement d'une âme qui désire sa perfection de se livrer sans réserve à la conduite de l'Esprit Saint. Mais ce matin il a plu à sa divine Bonté de m'en donner encore une vue toute particulière. je me disposais à commencer ma méditation lorsque j'ai entendu le son de différentes cloches qui appelaient les fidèles à l'assistance aux divins Mystères.

Dans ce moment, j'ai désiré m'unir à toutes les messes qui se disaient et ai pour cela dirigé mon intention afin d'y participer. Alors, j'ai vu d'une vue générale, tout l'univers catholique et une multitude d'autels où s'immolait en même temps l'adorable Victime.Le sang de l'Agneau sans tache coulait en abondance sur chacun de ces autels qui m'apparaissaient environnés d'une fumée fort légère qui s'élevait vers le ciel.Mon âme était saisie et pénétrée d'un sentiment d'amour et de reconnaissance à la vue de cette satisfaction si abondante que Notre-Seigneur offrait pour nous. Mais j'étais aussi dans un grand étonnement de ce que le monde entier n'en était pas sanctifié. Je demandai comment il se faisait que le sacrifice de la Croix n'avant été offert qu'une seule fois ait été suffisant pour racheter toutes les âmes, et que, renouvelé tant de fois, il ne suffit pas à les sanctifier toutes. Voici la réponse que j'ai cru entendre : Le sacrifice est sans doute suffisant par lui même, et le sang de Jésus-Christ plus que suffisant pour la sanctification d'un million de mondes, mais les âmes manquent de correspondance et de générosité. Or, le grand moyen d'entrer dans la voie de la perfection et de la sainteté, c'est de se livrer à notre bon Dieu.

La liberté droit fondamental et respect de l'autre

Question d'un journaliste : Dans le respect des différentes religions, jusqu’à quel point peut-on arriver dans la liberté d’expression, qui est elle aussi un droit humain fondamental?

Merci de cette question, elle est intelligente. Je crois que tous les deux sont des droits humains fondamentaux: la liberté religieuse et la liberté d’expression. On ne peut pas... Imaginons... Vous êtes français, allons à Paris! Parlons clairement. On ne peut pas cacher une vérité, qui est que chacun a le droit de pratiquer sa propre religion, sans offenser, librement. C’est ce que nous faisons, que nous voulons tous faire. Deuxièmement, on ne peut pas offenser, faire la guerre, tuer au nom de sa religion, c’est-à-dire au nom de Dieu. Ce qui se passe à présent nous fait un peu... nous étonne. Mais pensons toujours à notre histoire: combien de guerres de religion avons-nous eues! Pensez à la «nuit de la Saint-Barthélémy»... comment comprendre cela? Nous aussi nous avons été pécheurs sur ce point. Mais on ne peut pas tuer au nom de Dieu. Cela est une aberration. Tuer au nom de Dieu est une aberration. Je crois que cela est le principal à propos de la liberté de religion: on doit la pratiquer avec liberté, sans offenser, mais sans imposer ni tuer.

Bonne et Sainte année 2015 dans la joie et le courage !

Bien chers jeunes amis,

Nous vous souhaitons une Bonne et Sainte Année 2015. Notre consigne de cordée est un appel au courage. Que sera cette année ? Dieu seul le sait, mais nous avons confiance en Dieu, nous sommes dans ses mains et nous voulons vivre dans l’abandon confiant en Notre-Seigneur. Ce qu’Il attend de nous, c’est la fidélité et le courage ! Alors, n’ayons pas peur d’aller à contre-courant, car, comme vous le découvrirez dans la consigne de cordée, le courage est absolument nécessaire à ceux qui veulent répondre aux appels de notre Pape François. Comment irions-nous à contre-courant sans courage ? Jésus a été courageux, la Vierge Marie, les Saints et les Bons Anges ont été courageux. Demandons à l’Esprit-Saint le don de force, Il nous donnera alors d’être courageux malgré nos faiblesses et nos péchés ! Soyons nombreux le dimanche 25 janvier à Paris pour marcher pour la vie ! Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine. Père Bernard

Prière pour la Foi du Pape Paul VI

Prière du Pape PAUL VI pour demander la Foi, 30 octobre 1968.

Pour nous préparer à la béatification du pape Paul VI dimanche prochain, voici une admirable prière de ce grand pontife pour demander une foi plus ferme et plus pleine. Cette prière a été rédigée alors que Paul VI agissait en modèle de courage pour proclamer la vraie foi et la morale authentique face à des attaques cinglantes et violentes.

Seigneur, je crois : je veux croire en Toi.

O Seigneur, fais que ma foi soit entière, sans réserves, et qu’elle pénètre dans ma pensée, dans ma façon de juger les choses divines et les choses humaines.

O Seigneur, fais que ma foi soit libre ; qu’elle ait le concours personnel de mon adhésion, accepte les renoncements et les devoirs qu’elle comporte et qu’elle exprime le meilleur de ma personnalité : je crois en Toi, Seigneur.

O Seigneur, fais que ma foi soit certaine ; forte d’une convergence extérieure de preuves et d’un témoignage intérieur de l’Esprit Saint, forte de sa lumière rassurante, de sa conclusion pacifiante, de son assimilation reposante.

Triathlon de la Foi à Lyon

En cette année 2014-2015, le foyer de Lyon propose aux jeunes (17-35 ans) une formation :

Le Triathlon de la Foi

  • un concept clair et simple : Collation, Formation, Adoration.
  • le lundi soir tous les 15 jours, de 19h30 à 21h30
  • au foyer de Lyon : 14, rue Louis Blanc - 6906 LYON

Pour en savoir plus, s'incrire, c'est ci-dessous...

En avant pour une nouvelle année d'étude ou de travail dans la joie

Bien chers jeunes amis, Ce temps de rentrée est marqué par la montée de la haine et de la violence. Beaucoup de nos contemporains ont peur et sont angoissés. Mère Marie Augusta disait en 1948:

“le temps presse. Les démons sont déchainés à travers ce monde perverti. Les coeurs sont pleins de désirs de vengeance, de crimes horribles. Et cependant au milieu d’eux s’élève droit, fort, impératif : l’Amour. C’est Jésus dans ses amis fidèles”.

Vivons ce temps de rentrée avec le désir ardent de faire partie des amis fidèles de Jésus en étant témoins de la vraie joie et de l’espérance chrétienne. Alors, en avant, pour une nouvelle année d’étude ou de travail dans la joie et l’espérance malgré tristesses et angoisses ! Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine. Père Bernard

Par notre foi, nous avons vaincu le monde : il y a trop de chrétiens "vaincus" !

Au cours de la Messe du 10 janvier 2014, à la maison Sainte Marthe, le pape François a médité sur la parole de saint Jean : "quiconque reste en Dieu, quiconque a été engendré par Dieu, quiconque reste dans l’amour vainc le monde", en nous invitant à ne pas être des chrétiens "vaincus", qui récitent leur credo comme des perroquets, en croyant "à moitié" sans se confier à la toute puissance de Dieu Miséricorde !

« La victoire qui a vaincu le monde est notre foi. Notre foi peut tout: elle est victoire ! Il s’agit d’une vérité qu’il serait beau de se répéter souvent, car très souvent, nous sommes des chrétiens vaincus. L’Église est pleine de chrétiens vaincus, qui ne croient pas que la foi est victoire, qui ne vivent pas cette foi. Et si l’on ne vit pas cette foi, il y a la défaite. Et le monde vainc, le prince du monde. La question fondamentale à se poser à soi-même est alors : « Qu’est cette foi ? ». Précisément cette foi nous demande deux attitudes : confesser et nous confier »

Comment est ce que j'adore Jésus ?

En ce temps de Noël, où nous adorons Jésus petit enfant dans la crèche, pensons nous que Jésus est tout aussi faible et vulnérable dans nos Tabernacles, dans l'Eucharistie? Laissons nous guider par notre pape pour réfléchir sur la façon dont nous adorons !

« Je te demande : te laisses-tu regarder par le Christ ? »

Pour un disciple, la première chose est de rester avec le Maître, l’écouter, apprendre de Lui. Et cela vaut toujours, c’est un cheminement qui dure toute la vie !
- Je vous demande : comment êtes-vous en présence du Seigneur ? Quand tu vas près du Seigneur, que tu regardes le Tabernacle, que faites-vous ?
- Mais je dis, je dis, je pense, je médite, j’écoute…
- Très bien ! Mais te laisses-tu regarder par le Seigneur ?
Nous laisser regarder par le Seigneur. Lui nous regarde et cela, c’est une manière de prier. ….Te laisses-tu regarder par le Seigneur ?

Idôlatrer l'argent ?

Lors de l'homélie de la messe matinale du Vendredi 20 septembre 2013, le pape François a invité à ne pas céder à la tentation d’idolâtrer l’argent. « Jésus nous avait dit clairement et également définitivement, que l’on ne peut servir deux seigneurs : on ne peut servir Dieu et l’argent. Il y a quelque chose entre ces deux choses qui ne va pas. Il y a quelque chose dans l’attitude d’amour à l’égard de l’argent qui nous éloigne de Dieu. Ceux qui veulent amasser des richesses, ils tombent dans la tentation, dans le piège, dans une foule de convoitises insensées et funestes, qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. En effet, l’avidité est la racine de tous les maux. Pris par ce désir, certains se sont détournés de la foi et se sont procurés de nombreux tourments. Le pouvoir de l’argent qui te détourne de la foi pure est grand. Il te prend la foi, l’affaiblit, et toi tu la perds ».

N'ayons pas peur d'être des saints !

Bien chers jeunes amis,

l’année de la Foi va se conclure. Comment l’avons-nous vécue ?
Si nous n’avons pas encore accueilli les grâces que Dieu nous avait préparées, il est temps de les désirer ! Vivons donc bien ces quatre dernières semaines de l’année de la Foi avec le désir ardent de recevoir toutes les grâces que Dieu par l’Eglise veut nous donner. Ceux qui participeront à la Session sur l’Encyclique “Lumen Fidei”, promulguée par notre Pape François, pourront obtenir la grâce de l’indulgence plénière de l’année de la Foi.

Commençons ce mois de novembre, le coeur tourné vers nos amis du Ciel : in Altum ! Les Saints veulent nous aider, ils désirent nous obtenir de Dieu des grâces de confiance et de force en ces temps difficiles. Ils veulent, surtout, nous communiquer leur désir de sainteté. N’ayons pas peur d’être des saints ! La petite Thérèse Martin n’a pas été orgueilleuse en désirant être une grande sainte. C’est l’Esprit Saint qui lui communiquait ce grand désir. Notre Père Fondateur et Mère Marie Augusta ont entraîné leurs enfants spirituels à désirer la sainteté. Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine.

Père Bernard

Aujourd'hui, être chrétien, c'est donner à Dieu la première place face au sécularisme !

Les derniers enseignements de Benoît XVI : l'audience du 13 février...

« Se convertir »signifie suivre Jésus de manière à ce que son Évangile soit un guide concret de la vie ; cela signifie laisser Dieu nous transformer (...) et que c’est seulement en « perdant » notre vie que nous pouvons la gagner en Lui. Cela exige d’effectuer nos choix à la lumière de la Parole de Dieu. Aujourd’hui, on ne peut plus être chrétiens simplement en conséquence du fait de vivre dans une société qui a des racines chrétiennes : même celui qui naît dans une famille chrétienne et qui est éduqué religieusement doit, chaque jour, renouveler le choix d’être chrétien, c’est-à-dire donner à Dieu la première place, face aux tentations que la culture sécularisée lui propose continuellement, face au jugement critique de beaucoup de contemporains. Les épreuves auxquelles la société actuelle soumet le chrétien, en effet, sont nombreuses, et touchent la vie personnelle et sociale. Il n’est pas facile d’être fidèles au mariage chrétien, de pratiquer la miséricorde dans la vie quotidienne, de laisser une place à la prière et au silence intérieur. Il n’est pas facile de s’opposer publiquement à des choix que beaucoup considèrent évidents, tels que l’avortement en cas de grossesse non-désirée, l’euthanasie en cas de maladies graves, ou la sélection des embryons pour prévenir des maladies héréditaires. La tentation de mettre de côté sa propre foi est toujours présente et la conversion devient une réponse à Dieu qui doit être confirmée à plusieurs reprises dans notre vie.

Benoît XVI, Audience générale du 13 février 2013

un chrétien qui se lamente : Monsieur ou Madame la plainte?

En cette période de rentrée, et si nous nous rappelions l'homélie de notre pape françois sur les plaintes?

Au milieu des tribulations, le chrétien ne se plaint pas, ne se lamente pas, mais regarde le visage du crucifié et trouve ainsi la paix, a expliqué le pape Francois, lors de la messe matinale du 7 mai, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe au Vatican.

"Quand les difficultés arrivent, tant de tentations arrivent aussi. Par exemple celle de se lamenter: "mais regarde ce qui m'arrive"... une lamentation. Un chrétien qui ne cesse de se lamenter cesse d'être un bon chrétien: c'est Monsieur ou Madame la plainte, non? Parce qu'ils se plaignent à propos de tout, non? Le silence de qui "supporte", le silence de la patience. Le silence de Jésus: Jésus, dans sa passion, n'a plus parlé, seulement les deux ou trois paroles nécessaires... Mais ce n'est pas non plus un silence triste. Il est douloureux, si souvent très douloureux, mais pas triste. Le coeur est en paix. Paul et Silas priaient en paix. Ils ressentaient des douleurs, puisque l'on dit que le patron de la prison a lavé leurs plaies: ils avaient des plaies. Mais ils les supportaient dans la paix. Cette voie de "supporter" nous fait approfondir la paix chrétienne, nous rend forts en Jésus", rend "heureux".

Extrait de l'homélie du Pape François lors de la messe matinale du 7 mai en la maison sainte Marthe

JMJ Rio : Chemin de croix : " Jésus te regarde en ce moment et te dit: veux-tu m'aider à porter la Croix "?

Nous avons vu de nombreux visages dans le Chemin de la Croix, de nombreux visages ont accompagné Jésus dans sa marche vers le Calvaire : Pilate, le Cyrénéen, Marie, les femmes … Moi, aujourd'hui, je te demande: toi, comme lequel d'entre eux veux-tu être? Veux-tu être Pilate qui n’a pas le courage d’aller à contre-courant pour sauver la vie de Jésus ; il s’en lave les mains. Dis-moi: es-tu un de ceux qui se lavent les mains, es-tu celui qui joue l'innocent et regarde de l'autre côté? Ou es-tu comme le Cyrénéen, qui aide Jésus à porter ce bois pesant, comme Marie et les femmes, qui n’ont pas peur d’accompagner Jésus jusqu’au bout, avec amour, avec tendresse. Et toi, comme lequel d'entre eux veux-tu être? Comme Pilate, comme le Cyrénéen, comme Marie ? Jésus te regarde en ce moment et te dit: veux-tu m'aider à porter la Croix? Frères et sœurs : toi, avec toute ta force de jeune, qu’est-ce que tu lui réponds ?

Extrait du discours du Pape françois lors du Chemin de croix des JMJ de Rio – Copacabana, Vendredi 26 juillet 2013

Lumen fidei, la première encyclique du pape François !

Le 5 juillet a été présentée la première encyclique du pape François : Lumen fidei. Rédigée en grande partie par Benoît XVI, le pape François y a ajouté sa note personnelle et la publie en cette année de la foi. Voici la présentation qu'il en a faite aux pèlerins rassemblés place saint Pierre pour l'angélus du 7 juillet :

"Chers frères et soeurs, Comme vous le savez, la lettre encyclique sur le thème de la foi, intitulée Lumen fidei, "La lumière de la foi", a été publiée il y a deux jours. Pour l'Année de la foi, le pape Benoît XVI avait commencé cette encyclique, qui fait suite à celles sur la charité et sur l'espérance. J'ai recueilli ce beau travail, et le je l'ai achevé. Je l'offre avec joie a tout le Peuple de Dieu: tous en effet, spécialement aujourd'hui, nous avons besoin d'aller à l'essentiel de la foi chrétienne, de l'approfondir, et de la confronter avec les problématiques actuelles. Mais je pense que cette encyclique, au moins certaines de ses parties, peut aussi être utile à qui est à la recherche de Dieu et du sens de la vie. Je la remets entre les mains de Marie, icône parfaite de la foi, afin qu'elle puisse porter les fruits que le Seigneur veut."

Comment puis-je, comment pouvons-nous tous, vivre une Église pauvre et pour les pauvres ?

Le Pape nous répond... 4/5 "quand l’Église devient une ‘ong’ elle perd son sel, elle n’a plus de goût, elle n’est plus qu’une organisation vide. La valeur de l’Église, fondamentalement, est de vivre l’Évangile et rendre témoignage de notre foi "

" Ne pas s’enfermer, s’il vous plaît ! "

Lors de la veillée de Pentecôte avec des membres de différents mouvements écclesiaux rassemblés à Rome, le Pape François a répondu d'abondance de coeur à plusieurs questions. Voici la réponse du pape à la troisième de leurs questions :

Comment puis-je, comment pouvons-nous tous, vivre une Église pauvre et pour les pauvres ?




Comment vaincre la fragilité de notre foi ?

Le Pape nous répond... 2/5

L’ennemi le plus grand de la fragilité — c’est curieux, n’est-ce pas ? — est la peur. Mais n’ayez pas peur ! Nous sommes fragiles, et nous le savons. Mais Lui est plus fort !

Lors de la veillée de Pentecôte avec des membres de différents mouvements écclesiaux rassemblés à Rome, le Pape François a répondu d'abondance de coeur à plusieurs de leurs questions. Voici la réponse du pape à la première de leurs questions :

Quelle voie pouvez-vous nous indiquer pour que chacun de nous puisse vaincre la fragilité de la foi ?

Le Pape François témoigne : Comment ai-je pu atteindre dans ma vie la certitude de la foi ?

Le Pape nous répond... 1/5

Tu es pécheur, mais Lui t’attend pour te pardonner

Lors de la veillée de Pentecôte avec des membres de différents mouvements écclesiaux rassemblés à Rome, le Pape François a répondu d'abondance de coeur à plusieurs de leurs questions.L'une d'entre elles évoquait son cheminement personnel dans la foi :

Sainteté, comment avez-vous pu atteindre dans votre vie la certitude de la foi ?

Le Saint Père a donc volontiers témoigné de sa rencontre personnelle avec Jésus ressuscité et Miséricordieux.

Prier pendant l'année de la foi : l'Acte de foi


Mon Dieu,
je crois fermement toutes les vérités que vous nous avez révélées
et que vous nous enseignez par votre Église,
parce que vous ne pouvez ni vous tromper ni nous tromper.




Le Christ est vraiment ressuscité !

Le Christ est sorti vivant du tombeau, par sa mort, il nous donne la Vie éternelle. La séquence de Pâques nous fait entrer dans cete joie de la Résurrection:

A la Victime pascale, chrétiens offrons nos louanges.
L’Agneau sauva les brebis, le Christ innocent réconcilia les pécheurs avec le Père.
La mort et la vie ont combattu en un duel prodigieux, le maître de la vie mourut, vivant Il règne.
Dis-nous Marie Magdeleine qu’as-tu vu en chemin ?
J’ai vu le sépulcre du Christ vivant et la gloire du Ressuscité.
J’ai vu les Anges témoins, le suaire et les vêtements.
Le Christ, mon Espérance, est ressuscité, il vous précédera en Galilée.
Nous savons le Christ vraiment ressuscité des morts.
Roi victorieux, prends pitié de nous ! Ainsi soit-il ! Louez le Seigneur'' !

Merci Benoît XVI, nous vous faisons une totale confiance!

Bien chers jeunes amis, Vous êtes la génération Benoît XVI et vous souffrez de la décision que ce Pape, que nous avons tant aimé, a dû prendre pour le bien de l’Eglise. Faisons une totale confiance en celui qui a exercé dans une si grande humilité et un courage exemplaire le ministère pétrinien pendant 8 années. Il ne nous abandonne pas, il demeure très présent à la vie de l’Eglise par sa vie entièrement donnée. Il n’exerce plus visiblement sa mission dans la Tête de l’Eglise, mais il prie, souffre et offre dans le Cœur de l’Eglise. Remercions-le de tout cœur d’avoir accepté d’être notre Saint-Père pendant 8 années ! Remercions-le de nous avoir donné des enseignements lumineux ! Remercions-le pour ses trois tomes sur Jésus !

Nous ne pouvons pas encore mesurer tout ce qu’il a apporté à l’Eglise et au monde depuis l’année 1981. Prions beaucoup pour lui et pour son successeur.

En ce mois de mars de l’année de la Foi, n’oublions pas que Jésus est notre Rocher. Préparons-nous à bien vivre le grand Triduum pascal et à redécouvrir, avec un cœur jeune et enthousiaste, que Jésus nous aime à la folie ! En retour, aimons-Le passionnément et aimons sans nous lasser notre prochain.

Bon et Saint Carême de l’année de la Foi ! En union avec Mère Magdeleine, je vous bénis affectueusement.

- page 1 de 3