Nos frères chrétiens d'Orient : un génocide dans le silence de tous

En ce temps de vacances, n'oublions pas de prier pour nos frères chrétiens persécutés dans de nombreux pays d'Afrique et en Orient.
C'est en effet il y a un peu plus d'un an,que, dans la nuit du 6 au 7 août 2014, 12 000 chrétiens ont été chassé de leurs terres, sommés de renier le Christ sous peine de mort ou d'exil. Ils sont partis, sans rien pouvoir emporter.
Très souvent, le pape François a renouvelé sa proximité envers les chrétiens d'Orient, nous appelant sans relâche à ne pas les oublier dans nos prières et il ne cesse d'interpeller la communauté internationale pour que cessent de telles exactions.
Dans une lettre adressée à Mgr Maroun Laham, vicaire patriarcal pour la Jordanie, le pape François a dénoncé "le silence de tous" face à ces persécutions dont sont victimes les minorités religieuses, dont particulièrement les chrétiens :

"J'ai souvent voulu faire entendre la voix des persécutions atroces, inhumaines et inexplicables de ceux qui, surtout parmi les chrétiens, sont victimes du fanatisme et de l'intolérance, souvent sous les yeux et dans le silence de tous. Ils sont les martyrs de notre temps, humiliés et discriminés en raison de leur fidélité à l’Évangile. Un crime inacceptable qui constitue une dérive préoccupante des droits de l'homme les plus essentiels et empêche la richesse de la coexistence entre les peuples, les cultures et les fois. Qu'ils sachent qu'une prière quotidienne s'élève pour eux, en plus de la reconnaissance pour le témoignage qu'ils nous offrent", Le pape a appelé avec force pour que "la communauté internationale ne demeure pas muette et inerte. "

Durant son voyage en Bolivie, (IIème Rencontre mondiale des Mouvements populaire à Santa Cruz), il avait déjà dénoncé :

«Nous voyons avec horreur comment au Moyen-Orient et ailleurs sont persécutés, torturés, beaucoup de frères chrétiens ... dans cette troisième guerre mondiale par morceaux que nous vivons, il y a une espèce de génocide en marche qui doit cesser»

Un démocratie sans valeur se transforme en totalitarisme

"S'il n'existe aucune vérité dernière qui guide et oriente l'action politique, les idées et les convictions peuvent être facilement exploitées au profit du pouvoir. Une démocratie sans valeurs se transforme facilement en un totalitarisme déclaré ou sournois, comme le montre l'histoire. "

Jean Paul II, encyclique Veritatis Splendor n°101

La liberté droit fondamental et respect de l'autre

Question d'un journaliste : Dans le respect des différentes religions, jusqu’à quel point peut-on arriver dans la liberté d’expression, qui est elle aussi un droit humain fondamental?

Merci de cette question, elle est intelligente. Je crois que tous les deux sont des droits humains fondamentaux: la liberté religieuse et la liberté d’expression. On ne peut pas... Imaginons... Vous êtes français, allons à Paris! Parlons clairement. On ne peut pas cacher une vérité, qui est que chacun a le droit de pratiquer sa propre religion, sans offenser, librement. C’est ce que nous faisons, que nous voulons tous faire. Deuxièmement, on ne peut pas offenser, faire la guerre, tuer au nom de sa religion, c’est-à-dire au nom de Dieu. Ce qui se passe à présent nous fait un peu... nous étonne. Mais pensons toujours à notre histoire: combien de guerres de religion avons-nous eues! Pensez à la «nuit de la Saint-Barthélémy»... comment comprendre cela? Nous aussi nous avons été pécheurs sur ce point. Mais on ne peut pas tuer au nom de Dieu. Cela est une aberration. Tuer au nom de Dieu est une aberration. Je crois que cela est le principal à propos de la liberté de religion: on doit la pratiquer avec liberté, sans offenser, mais sans imposer ni tuer.

Seigneur, que veux tu de moi ?

Lors de son voyage en Corée, le pape François a rencontré les jeunes. Après leur avoir lu son discours, il a tenu à répondre à leurs questions d'abondance de coeur...Voici un extrait de sa réponse à l'une de ces jeunes, qui lui avait confié son hésitation entre la vocation religieuse et les études...

J’ai entendu très fort ce que Marina a dit : son conflit dans sa vie. Comment faire ? S’il faut aller sur le chemin de la vie consacrée, la vie religieuse, ou étudier pour devenir plus préparée pour aider les autres ? C’est un conflit apparent, parce que quand le Seigneur appelle, il appelle toujours pour faire du bien aux autres, que ce soit dans la vie religieuse, la vie consacrée, ou dans la vie laïque, comme père et mère de famille. Mais le but est le même : adorer Dieu et faire du bien aux autres. Que doit faire Marina et beaucoup parmi vous qui se posent la même question ?

Les saints, témoins de la vraie liberté dans l'Esprit

Pour se préparer à la Toussaint...

"Là-haut, une armée combat pour moi." (Ps 55.3)
La vraie liberté, c’est celle qui consiste à pouvoir dire toujours oui à Dieu, oui à ce que son Amour et sa Vérité nous demandent. C'est la liberté même de Dieu, de la Sainte Vierge. C'est à cette liberté que sont parvenus les Saints, au prix d'un combat contre tous les obstacles à cette liberté. Pour nous qui sommes encore dans le combat, ils sont nos grands modèles, mais aussi et surtout nos grands soutiens car, si nous les prions, ils interviennent vraiment dans nos vies pour nous aider.

Libres par rapport au mal...

"Plutôt mourir que d'offenser le Seigneur"
Des saints ont résisté aux différentes formes du mal jusqu'à verser leur sang. En face de tous les tourments qui leur ont été infligés pour les conduire à renier le Christ et son Evangile, leur force fut extraordinaire. Ni insensibles ni des surhommes, les martyrs sont des hommes de chair et de sang dont la Force vient de Dieu. Leur secret, c'est qu'ils sont possédés par l'Amour de Dieu. Et cet Amour les rend souverainement libres en face de toutes les forces contraires à l'Amour.
(photo : St Maximilien Kolbe )

Père Bernard

Aujourd'hui, il y a plus de chrétiens persécutés qu'aux premiers temps de l'Eglise

Notre pape François le rappelle très souvent : "il y a aujourd'hui plus de martyrs que dans les premiers temps de l'Eglise". Dans un occident sécularisé, polarisé sur le "Moi" et sur le confort, combien pensent à ces millions de chrétiens qui souffrent au nom de leur attachement à Jésus? Nigéria, Irak, Syrie, et Moyen Orient, Corée...Pensons nous à prier pour tous ces chrétiens?
Le vendredi 2 Mai 2014 notre pape François a de nouveau rappelé cette vérité, reconnaissant avoir pleuré en apprenant la nouvelle de chrétiens qui ont été crucifiés ces jours derniers dans un pays non-chrétien.

Aujourd’hui aussi, il y a des gens qui pensent s’emparer des consciences et qui ainsi au nom de Dieu, tuent, persécutent. Et il y a des chrétiens qui, comme les apôtres, sont heureux d’être jugés dignes de subir des outrages au nom de Jésus.

Idôlatrer l'argent ?

Lors de l'homélie de la messe matinale du Vendredi 20 septembre 2013, le pape François a invité à ne pas céder à la tentation d’idolâtrer l’argent. « Jésus nous avait dit clairement et également définitivement, que l’on ne peut servir deux seigneurs : on ne peut servir Dieu et l’argent. Il y a quelque chose entre ces deux choses qui ne va pas. Il y a quelque chose dans l’attitude d’amour à l’égard de l’argent qui nous éloigne de Dieu. Ceux qui veulent amasser des richesses, ils tombent dans la tentation, dans le piège, dans une foule de convoitises insensées et funestes, qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. En effet, l’avidité est la racine de tous les maux. Pris par ce désir, certains se sont détournés de la foi et se sont procurés de nombreux tourments. Le pouvoir de l’argent qui te détourne de la foi pure est grand. Il te prend la foi, l’affaiblit, et toi tu la perds ».

Pourquoi il faut retourner à Paris le 24 mars

"Nous n’oublierons pas, le 24 mars, que c’est d’abord le dimanche des rameaux et de la Passion que nous célèbrerons à Paris en l’église Saint François Xavier à 11h00..."

300 000 manifestants le 13 Janvier ? Laissons de coté la guerre des chiffres… personne n’est dupe, et nous savons que les autorités le savent : le million a été dépassé ! Faut-il s’arrêter là ? Ce serait donner raison à ceux qui évoquent le feu de paille. Non, ce n’est pas l’enthousiasme d’un jour, il ne s’agit pas d’un éphémère mouvement de foule. Ce n’est rien d’autre que la défense de la famille qui subit une attaque sans précédent, et c’est à nous d’être la voix qui ne cessera de la défendre ! Déjà nous sommes nombreux à avoir signé la pétition, 700 000 signatures sont déposées ; continuons, il nous faut le million !

Défense de la famille : le 13 janvier, chacun de nous a rendez-vous avec l'Histoire !

"La procession de ce soir doit être l’aurore de notre réveil. Alors, sortons de notre torpeur, levons-nous, mobilisons-nous, mettons-nous en marche. Dimanche 13 janvier, tous les hommes et les femmes de bonne volonté seront unis à Paris pour défendre le mariage naturel. Nous devrons être des millions, rangés en ordre de bataille, pour faire reculer le mensonge par le témoignage pacifique de la vérité. Votre évêque y sera. Alors, je vous attends tous ! Oui, tous ! car chacun de nous, ce jour-là, a rendez-vous avec l’Histoire. Rappelez-vous de notre immense mobilisation pour l’école libre en 1984. Nous étions déjà 2 millions. Aujourd’hui, l’enjeu est bien plus important encore parce qu’il ne s’agit plus de défendre seulement une liberté particulière mais de défendre notre vie, notre avenir, les fondements de notre civilisation, la justice à l’égard des plus faibles. Comment ne serions-nous pas le double ou le triple ?! Chers amis, prier Marie pour défendre la Vie n’est pas une spécificité de notre temps. Epidémies, pestes, invasions, toujours Marie fut invoquée, priée et remerciée.Toujours, Marie répondit lorsqu’elle trouvait devant elle une foi pure et confiante."

Extrait de l'homélie de la solennité de l'Immaculée Conception, de Mgr Raymond Centène, évêque de Vannes.

La pureté de Marie la rend infiniment proche de nos coeurs !

8 décembre, Bonne Fête de l'Immaculée Conception !

Le ‘oui’ limpide et sans réserve de Marie s'enracine dans le mystère de sa liberté, liberté pleine et entière devant Dieu, dégagée de toute complicité avec le péché, grâce au privilège de son Immaculée Conception. Ce privilège concédé à Marie, qui la distingue de notre condition commune, ne l'éloigne pas, mais au contraire la rapproche de nous. Alors que le péché divise, nous éloigne les uns des autres, la pureté de Marie la rend infiniment proche de nos cœurs, attentive à chacun de nous et désireuse de notre vrai bien.

Benoît XVI, angélus du 14 septembre 2008, Lourdes

L'ÉGLISE... Maronite

Chaque mois, nous vous présentons la vie de l’Église dans un pays, pour vous ouvrir à sa dimension universelle.

Le 24 novembre, le patriarche Béchara Boutros Raï, patriarche d’Antioche et de tout l'Orient des maronites (Liban) a été créé cardinal par Benoît XVI.

Nous allons donc nous pencher ce mois ci plus particulièrement sur cette Eglise d’Orient: l’Eglise Maronite, l’âme du Liban. Elle doit son nom à St Maroun, un ascète mort vers l’an 410. Au Vème siècle, les maronites étaient fidèles à la Foi du concile de Chalcédoine.

Oui au plan de Dieu sur le mariage !

Depuis la fin de l’été, un nombre grandissant de nos évêques monte au créneau pour défendre la famille.

Si notre Foi ne peut accepter pareille dénaturation du mariage et de la famille, la raison a elle aussi des arguments pour refuser cette dérive. Il ne s’agit pas de se mobiliser contre une certaine catégorie de personnes, mais il s’agit ne pas laisser les repères fondamentaux de la vie et de la morale être brouillés de façon radicale.

Les évêques chinois et le synode


Peu d’évêques chinois ont été autorisés à participer au synode pour la transmission de la foi et la nouvelle évangélisation qui s'est tenu le mois d'octobre dernier à Rome.
Voici la lettre de l’un d’eux, bloqué en Chine, témoignant de leur foi.

Pardonner...

" Résistez courageusement à tout ce qui nie la paix : l’avortement, la violence, le refus et le mépris de l’autre, l’injustice, la guerre. Vous répandrez ainsi la paix autour de vous. Est-ce que ce ne sont pas les « agents de paix » que nous admirons finalement le plus ? N’est-ce pas la paix ce bien précieux que toute l’humanité recherche ? N’est-ce pas un monde de paix qu’au plus profond nous voulons pour nous et pour les autres ? « Je vous donne ma paix » a dit Jésus. Il a vaincu le mal non par un autre mal, mais en le prenant sur lui et en l’anéantissant sur la croix par l’amour vécu jusqu’au bout. Découvrir en vérité le pardon et la miséricorde de Dieu, permet toujours de repartir pour une nouvelle vie. Il n’est pas facile de pardonner. Mais le pardon de Dieu donne la force de la conversion, et la joie de pardonner à son tour. Le pardon et la réconciliation sont des chemins de paix, et ouvrent un avenir."

Benoît XVI aux jeunes libanais, le Samedi 15 septembre 2012

L'Eglise dans le monde : en Mongolie

L’ÉGLISE… en Mongolie

Chaque mois, nous vous présentons la vie de l’Église dans un pays, pour vous ouvrir à sa dimension universelle.

Le 8 juillet 2012, l’Église a fêté ses vingt ans de présence en Mongolie par une messe solennelle célébrée dans la cathédrale d’Oulan-Bator par Mgr Savio Hon Tai-fai. En 1992, deux ans à peine après la chute du régime marxiste, la Mongolie établissait des relations diplomatiques avec le Saint-Siège. Le 10 juillet 1992, trois premiers missionnaires catholiques arrivaient dans le pays. Depuis lors l’Église Catholique de Mongolie s’est considérablement développée, affirmant sa présence dans ce vaste pays peu peuplé, et s’investissant dans de nombreux secteurs, comme l’éducation, les activités sociales et médicales, ou encore des projets de développement. Aujourd’hui, l’Église de Mongolie compte 4 paroisses dont 3 se trouvent dans la capitale, Oulan-Bator, et une à Darhan, la deuxième ville plus importante du pays. Le nombre de catholiques, difficile à évaluer en l’absence de statistiques précise, est estimé à 1000 baptisés soit 2% de la population. Aujourd’hui, la jeune communauté catholique ressent davantage la nécessité d’accorder une place plus importante à l’approfondissement de la foi et surtout à la formation.

publié dans In Altum n°33 octobre 2012

Une certaine passivité chez les chrétiens devient préoccupante...

" A ce sujet ( la défense de la liberté de l'Eglise face à l'Etat et la promotion des valeurs évangéliques par l'apostolat des laïcs ), une certaine passivité que l'on relève dans l'attitude des croyants devient préoccupante. On a l'impression qu'autrefois, leur sensibilité concernant leurs droits dans le domaine religieux était plus vive et qu'en conséquence, ils étaient plus prompts à les défendre par les moyens démocratiques à leur disposition. Aujourd'hui, tout cela apparait en quelque manière atténué,et même freiné..."

Jean Paul II, Mémoire et identité, Flammarion 2005, p. 146

Le Mexique et Cuba accueillent Benoît XVI avec enthousiasme !

Accueil on ne peut plus chaleureux pour Benoît XVI dans les deux pays d'Amérique latine!
Le voyage de Benoît XVI au Mexique et à Cuba a été pour ces pays un véritable appel à l'espérance, autant au Mexique, en proie aux problèmes de violences, de délinquance, de crime organisés et de narcotrafics, qu'à Cuba, où le Pape a désiré aller dans la continuité de Jean Paul II, qui avait fait là un voyage historique, appelant à la liberté religieuse et à la liberté de conscience, ainsi qu'au dialogue constructif de l'Eglise avec le gouvernement communiste. Voyage d'espérance, le Pape l'affirme dès son arrivée au Mexique:

Je viens comme pèlerin de la foi, de l’espérance et de la charité. Je désire confirmer dans la foi les croyants dans le Christ, les fortifier en elle en les invitant à la revitaliser par l’écoute de la Parole de Dieu, par les sacrements et par la cohérence de vie. Ainsi, pourront-ils la partager avec les autres, étant missionnaires parmi leurs frères, et être un levain dans la société en contribuant à une cohabitation respectueuse et pacifique basée sur l’inégalable dignité de toute personne humaine, créée par Dieu, et qu’aucun pouvoir n’a le droit d’oublier ni de déprécier. Cette dignité s’exprime de manière éminente dans le droit fondamental à la liberté religieuse, pris dans son sens authentique et dans sa pleine intégrité.

Benoît XVI aux jeunes: Avec quelle attitude allons-nous envisager la nouvelle année?

Peut-être vous posez-vous la question en voyant le monde en crise, froid et décourageant : "Avec quelle attitude allons-nous envisager la nouvelle année?"...

Alors, peut être trouverez-vous la réponse dans le message du Pape pour la journée de la paix, le 1er janvier, qui, cette année, a été particulièrement orienté vers les jeunes avec pour thème : " ''Eduquer les jeunes à la justice et à la paix''". Le Pape commence par poser la même question que vous: "Avec quelle attitude allons-nous envisager la nouvelle année?" et il répond :

"Dans cette obscurité du monde, le cœur de l’homme ne cesse toutefois d’attendre l’aurore dont parle le psalmiste. Cette attente est particulièrement vive et visible chez les jeunes."

Toutefois, construire un monde juste et en paix demande pour chaque jeune une éducation...

Benoit XVI aux jeunes en Ecosse

Le jeudi 16 septembre, lors de son voyage apostolique en Angleterre, Benoît XVI a lancé un appel vibrant aux jeunes catholiques.