Tag - vie spirituelle

Fil des billets - Fil des commentaires

Se Livrer

Relisons, en ce mois d'août, la magnifique méditation de sainte Thérèse Couderc, fondatrice du Cénacle : Se livrer

Déjà plusieurs fois Notre-Seigneur m'avait fait connaître combien il était utile pour l'avancement d'une âme qui désire sa perfection de se livrer sans réserve à la conduite de l'Esprit Saint. Mais ce matin il a plu à sa divine Bonté de m'en donner encore une vue toute particulière. je me disposais à commencer ma méditation lorsque j'ai entendu le son de différentes cloches qui appelaient les fidèles à l'assistance aux divins Mystères.

Dans ce moment, j'ai désiré m'unir à toutes les messes qui se disaient et ai pour cela dirigé mon intention afin d'y participer. Alors, j'ai vu d'une vue générale, tout l'univers catholique et une multitude d'autels où s'immolait en même temps l'adorable Victime.Le sang de l'Agneau sans tache coulait en abondance sur chacun de ces autels qui m'apparaissaient environnés d'une fumée fort légère qui s'élevait vers le ciel.Mon âme était saisie et pénétrée d'un sentiment d'amour et de reconnaissance à la vue de cette satisfaction si abondante que Notre-Seigneur offrait pour nous. Mais j'étais aussi dans un grand étonnement de ce que le monde entier n'en était pas sanctifié. Je demandai comment il se faisait que le sacrifice de la Croix n'avant été offert qu'une seule fois ait été suffisant pour racheter toutes les âmes, et que, renouvelé tant de fois, il ne suffit pas à les sanctifier toutes. Voici la réponse que j'ai cru entendre : Le sacrifice est sans doute suffisant par lui même, et le sang de Jésus-Christ plus que suffisant pour la sanctification d'un million de mondes, mais les âmes manquent de correspondance et de générosité. Or, le grand moyen d'entrer dans la voie de la perfection et de la sainteté, c'est de se livrer à notre bon Dieu.

La fidélité aux petites choses


Rien ne peut nous rendre saints, excepté la présence de Dieu... Et pour moi la présence de Dieu réside dans la fidélité à de petites choses.



Nous pouvons ne pas accomplir de grandes choses, juste des petites, avec grand amour. Les Soeurs font des petites choses: aider les enfants, visiter les personnes solitaires, les malades, les indésirables. Quand quelqu'un me dit que les Soeurs n'ont entrepris aucun grand travail, qu'elles font tranquillement de petites choses, je réponds que même si elles n'aidaient qu'une seule personne, cela suffirait. Jésus serait mort pour une seule personne, pour un seul pécheur.


Mère Teresa

Va à contre-courant

Vivez, ne vivotez pas !

Lors de sa visite pastorale à Turin, le pape François a répondu le dimanche 21 juin à des questions de jeunes. Comme de coutume, s'éloignant de son texte préparé, il a parlé d'abondance de coeur.

Si tu participes à un projet de construction, d’aide — pensons aux enfants des rues, aux migrants, à tous ceux qui sont dans le besoin, mais pas seulement pour leur donner à manger un jour, deux jours, mais pour les promouvoir à travers l’éducation, à travers l’unité dans la joie des aumôneries et de tant de choses, mais des choses qui construisent, alors, ce sens de manque de confiance dans la vie s’éloigne, il s’en va. Que dois-je faire pour cela? Ne pas aller à la retraite trop tôt: faire. Faire. Et je dirais un mot: faire à contre-courant. Faire à contre-courant. Pour vous, jeunes qui vivez cette situation économique, même culturelle, hédoniste, consumériste, avec des valeurs comme des «bulles de savon», avec ces valeurs, on ne va pas de l’avant. Faire des choses constructives, même petites, mais qui nous rassemblent, nous unissent entre nous, avec nos idéaux: tel est le meilleur antidote contre ce manque de confiance dans la vie, contre cette culture qui t’offre uniquement le plaisir: avoir une vie facile, avoir de l’argent et ne pas penser à autre chose.

Acte d'amour du saint curé d'Ars

Je vous aime, ô mon Dieu, et mon seul désir est de vous aimer jusqu'au dernier soupir de ma vie.
Je vous aime, ô Dieu infiniment aimable, et j'aime mieux mourir en vous aimant que de vivre un seul instant sans vous aimer.
Je vous aime, ô mon Dieu, et je ne désire le ciel que pour avoir le bonheur de vous aimer parfaitement.
Je vous aime, ô mon Dieu, et je n'appréhende l'enfer que parce qu'on n'y aura jamais la douce consolation de vous aimer.
O mon Dieu, si ma langue ne peut dire à tout moment que je vous aime, du moins je veux que mon cœur vous le répète autant de fois que je respire.
Ah ! Faites-moi la grâce de souffrir en vous aimant, de vous aimer en souffrant et d'expirer un jour en vous aimant et en sentant que je vous aime.
Et plus j'approche de ma fin, plus je vous conjure d'accroître mon amour et de le perfectionner. Ainsi soit-il !

Soyez chastes

L’amour est respectueux des personnes, l'amour est chaste...

Lors de sa visite pastorale à Turin, le pape François a répondu le dimanche 21 juin à des questions de jeunes. Comme de coutume, s'éloignant de son texte préparé, il a parlé d'abondance de coeur.

Ainsi, Chiara, je répondrai à ta question: «Souvent, nous nous sentons déçus précisément dans l’amour. En quoi consiste la grandeur de l’amour de Jésus? Comment pouvons-nous faire l’expérience de son amour?». Et à présent, je sais que vous êtes bons et que vous me permettrez de parler sincèrement. Je ne voudrais pas être moraliste, mais je voudrais dire un mot qui ne plaît pas, un mot impopulaire. Le Pape aussi doit parfois prendre des risques pour dire la vérité. L’amour est dans les gestes, dans la communication, mais l’amour est très respectueux des personnes, il n’utilise pas les personnes, et donc l’amour est chaste. Et à vous, jeunes dans ce monde, dans ce monde hédoniste, dans ce monde où l’on ne vante que le plaisir, le fait de bien s’en sortir, de mener une belle vie, moi je vous dis: soyez chastes, soyez chastes.

Mois du Sacré-Coeur : l'heure Sainte

Adorons Jésus, consolons son cœur.

Et si ce mois de juin était pour nous l'occasion de mieux découvrir l'une des demandes de Jésus à la visitandine de Paray le Monial, sainte Marguerite Marie : L'heure sainte ?

Jésus a demandé à sainte Marguerite Marie : « Toutes les nuits du jeudi au vendredi, (...) pour m'accompagner dans cette humble prière que je présentais alors à mon Père parmi toutes mes angoisses, tu te lèveras entre onze heures et minuit, pour te prosterner pendant une heure avec moi, la face contre terre, tant pour apaiser la divine colère, en demandant miséricorde pour les pécheurs, que pour adoucir en quelque façon l'amertume que je sentais de l'abandon de mes apôtres, qui m'obligea à leur reprocher qu'ils n'avaient pu veiller une heure avec moi.»

Témoignage de vocation : j'ai grandi avec la vocation !

A l'occasion de l'année de la vie consacrée, soeur Raphaëlle Domini, religieuse de la Famille Missionnaire de Notre-Dame, témoigne de sa joie d’être consacrée.

Que Jésus puisse faire sa demeure en nos coeurs !

Bien chers jeunes amis,

n’ayez pas peur d’ouvrir vos coeurs à Jésus qui se tient à la porte et qui frappe. Croyez ce qu’Il nous promet : si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, J’entrerai chez lui, Je prendrai la Cène avec lui et lui avec Moi (Ap 3, 20). Imitons Zachée (Lc 19, 1-10) et qu’en ce mois du Sacré Coeur, Jésus puisse faire sa demeure en notre coeur.

Méditons encore attentivement la magnifique conclusion de l’homélie de Benoît XVI lors de la Messe d’intronisation de son Pontificat. Nous comprendrons mieux alors le premier grand appel de Jean- Paul II : n’ayez pas peur ! Jésus, en ces temps de grave crise spirituelle, recherche des serviteurs fidèles et de parfaits amis et Il nous envoie frapper à la porte de beaucoup de coeurs. N’ayons pas honte de Lui. Il est Notre Seigneur et Notre Dieu. Il nous aime à la folie, aimons-Le amoureusement. Mettons enfin en pratique l’appel ardent à la Mission, lancé par notre Pape François, et méditons l’extrait de son Exhortation apostolique Evangelii Gaudium dont nous parlons dans la consigne spirituelle. Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine.

Père Bernard

Prendre le temps de prier en famille

Pour écouter et accepter l’appel de Dieu, pour préparer une maison à Jésus, vous devez être en mesure de vous reposer dans le Seigneur. Vous devez trouver le temps, chaque jour, de vous reposer dans le Seigneur pour prier. Prier c’est reposer en Dieu. Mais vous pourriez me dire : Saint-Père, nous le savons ; je voudrais prier, mais il y a tant de travail à accomplir ! Je dois prendre soin de mes enfants ; j’ai les travaux de la maison ; je suis trop fatigué même pour bien dormir. C’est vrai. Cela pourrait être vrai, mais si nous ne prions pas, nous ne connaîtrons jamais la chose la plus importante de toutes : la volonté de Dieu pour nous. Et dans toute notre activité, nos occupations, avec notre prière nous accomplirons toute chose.

Une année sainte de la Miséricorde Divine !



La Mission de l’Eglise est d’être témoins de la Miséricorde divine. C'est bien ce que veut proclamer notre pape François en annonçant une année sainte de la Miséricorde du 8 décembre prochain à la solennité du Christ Roi de novembre 2016 :

« J’ai souvent pensé à la façon dont l’Eglise peut rendre plus évidente sa mission d’être témoin de la miséricorde. C’est un chemin qui commence par une conversion spirituelle; et nous devons faire ce chemin. C’est pourquoi j’ai décidé de promulguer un Jubilé extraordinaire ayant en son centre la miséricorde de Dieu Ce sera une Année Sainte de la Miséricorde. Nous voulons la vivre à la lumière de la parole du Seigneur : « Soyez miséricordieux comme votre Père » (cf. Luc 6,36).».

Le but de cette Année Sainte ne sera pas d’abord de fêter la Miséricorde mais d’y recourir plus largement par une démarche de conversion personnelle qui passe, notamment par la réception du sacrement de la Miséricorde qu’est la confession.

C’est pour encourager cela que notre pape a voulu participer pour la deuxième année aux 24 heures de prière pour le Seigneur, initiative qui propose le sacrement de pénitence durant 24 h non stop dans les églises de Rome et de nombreux diocèses dans le monde.

Vivons notre Triduum Pascal les yeux et le coeur tournés vers Jésus !

Bien chers jeunes amis, Notre consigne de cordée commence avec le début du Triduum pascal, le sommet de l’Année liturgique, les jours les plus importants de notre année. Vivons ces jours, les yeux et le coeur tournés vers Jésus qui institue l’Eucharistie et vit sa Passion de souffrance et d’amour pour nous libérer de l’esclavage du péché, du mal et de Satan. Le Triduum pascal ne se conclut pas le Vendredi Saint par la mort de Jésus. S’il se concluait ainsi, il n’aurait aucun sens ! Il se conclut le dimanche de Pâques où Jésus, par Sa Résurrection, manifeste Sa Puissance divine. Il est le Vainqueur, le Vivant à jamais et Il nous fait participer à Sa Résurrection. Il nous permet de mourir, avec Lui, au péché et de vivre, avec Lui, d’une vie nouvelle: la vie des enfants de Dieu dans la joie et l’amour !

Notre consigne de cordée est inspirée par le dernier livre du Cardinal Sarah : Dieu ou rien ! Cette consigne vous éclairera, je l’espère, et vous permettra de vivre nos temps difficiles dans la sérénité et la paix du coeur, tout en compatissant à la souffrance de tant de contemporains éprouvés.

Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine en vous invitant à être les témoins enthousiastes de Jésus ressuscité. Père Bernard

Témoignage : à Cannes le temps d'une retraite

Venus prendre un WE de retraite spirituelle début mars, le jeune groupe de prière "Esh Elohim" a été conquis. Johanna a tenu à témoigner de sa joie...

La foi n’est pas le ressenti, c’est une lumière supérieure !

Comptant actuellement 13 foyers en France, 1 foyer en Allemagne et un autre à Rome, la Famille Missionnaire de Notre Dame (FMND) se veut être une « famille religieuse au service de l’Église pour l’éducation des cœurs ». Un lieu de recueillement, où les cœurs trouvent du réconfort et s’apaisent.
C’est dans le foyer de Cannes, à la villa Saint- Benoît que notre groupe de prière « Esh Elohim » - le feu de Dieu en hébreu - s’est retrouvé le temps d’une Retraite…

La Bible est-elle à l'honneur dans ma maison?

"Pour que la famille puisse bien cheminer, avec confiance et espérance, il faut qu’elle soit nourrie par la Parole de Dieu. Alors aujourd’hui, tandis que s’ouvre le synode sur la famille, nous pouvons dire :
-une Bible dans chaque famille !
- Mais Père, nous en avons deux ou trois… - Mais où les avez-vous cachées ?... La Bible n’est pas faite pour être mise dans une bibliothèque, mais pour être gardée à portée de main, pour être lue souvent, chaque jour, aussi bien individuellement qu’ensemble, mari et femme, parents et enfants, par exemple le soir, spécialement le dimanche. Ainsi la famille grandit, chemine, avec la lumière et la force de la Parole de Dieu !

Pape François, Angélus du 5 octobre 2014

La vanité est comme un oignon à éplucher : toute sa vie il faut en enlever les feuilles

Le pape François, lors de la messe du 25 septembre 2014 à Sainte-Marthe, a mis en garde contre la vanité, qui est : "comme un oignon à éplucher : toute sa vie il faut en enlever les feuilles". Il méditait le passage du livre de l'Ecclésiaste : « Vanité des vanités, tout est vanité » (Qo 1, 2-11)

Demain, le Seigneur viendra, au matin, vous verrez sa gloire !

Extrait du "mystère de Noël" de sainte Edith Stein

Dans ce magnifique texte, Sainte Edith Stein nous aide à vivre noël dans l'esprit de la liturgie... A méditer...

Quand les jours deviennent de plus en courts, quand en hiver tombent les premiers flocons de neige, alors, timide et douce, renaît la pensée de Noël. De ce simple mot émane un charme mystérieux auquel un cœur peut difficilement résister. Ceux-là même pour qui le vieux récit de l’Enfant de Bethléem ne signifie rien, croyants d’une autre foi ou incroyants, préparent la fête et cherchent comment allumer ici et là un rayon de joie. Depuis des semaines et des mois un fleuve d’amour se répand sur toute la terre. Fête de l’amour et de la joie, c’est l’Étoile vers laquelle tous accourent en ce premier mois de l’hiver.
Mais pour le chrétien, et en particulier pour le catholique, Noël est encore autre chose. L’Étoile le conduit à la Crèche, auprès de l’Enfant qui apporte la paix sur la terre. En d’innombrables et gracieuses images, l’art chrétien le représente, et les vieilles mélodies, qui résonnent de tout le charme de l’enfance, le chantent pour nous.

L'examen de conscience quotidien est une grâce

Pour protéger, pour veiller sur notre cœur afin que les démons n’y entrent pas, il faut savoir se recueillir, c’est-à-dire rester en silence devant soi-même et devant Dieu et à la fin de la journée se demander : "Qu’est-il arrivé aujourd’hui à mon cœur ? Quelqu’un que je ne connais pas est-il entré ? La clef est-elle à sa place ?"

Homélie du pape François à la maison sainte Marthe le 11 octobre 2014.

L’Évangile du jour nous rappelle que le diable revient toujours chez nous et qu’il n’arrête jamais de tenter l’homme: Le diable est patient, il ne s’arrête pas tant qu’il n’a pas ce qu’il veut : notre âme : après les tentations dans le désert, lorsque Jésus fût tenté par le diable, la version de Saint-Luc nous révèle que le démon le laissa tranquille un certain temps mais durant la vie de Jésus, il revenait fréquemment.

Il faut protéger notre cœur où habite l’Esprit Saint afin que n’y entrent pas les autres esprits. Protéger le cœur, comme on protège une maison à clef. Et ensuite, veiller sur notre cœur, comme une sentinelle : Combien de fois y entrent de mauvaises pensées, de mauvaises intentions, des jalousies, des convoitises. Beaucoup de choses entrent dans notre cœur. Mais qui a ouvert cette porte ? Par où sont-ils entrés ? Si je ne m’aperçois pas de tous ceux qui entrent dans mon cœur, mon cœur devient comme une place, où tous vont et viennent. Un cœur sans intimité, un cœur où le Seigneur ne peut pas parler et encore moins écouter.

Partage ton Avent !

sur Jeunes Catho blog, Belle initiative à relayer : #PartageTonAvent

En Avent ! Ici et aux quatre coins du monde

A partir de dimanche, que l‘on soit à l’autre bout du monde ou en France, l’Avent, c’est maintenant !
Dites-le au monde ! sur les réseaux sociaux, sous la forme de photos, vidéos, ou simples phrases : la parole des jeunes a du prix aux yeux du monde !

Pour valoriser ce que vous faîtes et vivez au sein de votre groupe, nous vous proposons de relayer cette initiative, afin de changer l’image des jeunes de l’Eglise en France et de donner un regard d’espérance sur leur expérience.

  • Sur Jeunes Cathos blog, en partenariat avec Inigo et la Délégation Catholique pour la Coopération, le récit d’un(e) volontaire de solidarité internationale sera publié chaque semaine : depuis l’Equateur, les Philippines, le Liban ou l’Afrique, ils racontent comment ils vivent l’Avent dans le contexte culturel propre où ils sont accueillis.
  • Un billet du père François Triquet, auteur du Journal d’un jeune prêtre sur Jeunes Cathos blog, donnera aux jeunes dès ce vendredi 28 novembre des pistes concrètes pour aller de l’Avent vers Noël.

Seigneur, que veux tu de moi ?

Lors de son voyage en Corée, le pape François a rencontré les jeunes. Après leur avoir lu son discours, il a tenu à répondre à leurs questions d'abondance de coeur...Voici un extrait de sa réponse à l'une de ces jeunes, qui lui avait confié son hésitation entre la vocation religieuse et les études...

J’ai entendu très fort ce que Marina a dit : son conflit dans sa vie. Comment faire ? S’il faut aller sur le chemin de la vie consacrée, la vie religieuse, ou étudier pour devenir plus préparée pour aider les autres ? C’est un conflit apparent, parce que quand le Seigneur appelle, il appelle toujours pour faire du bien aux autres, que ce soit dans la vie religieuse, la vie consacrée, ou dans la vie laïque, comme père et mère de famille. Mais le but est le même : adorer Dieu et faire du bien aux autres. Que doit faire Marina et beaucoup parmi vous qui se posent la même question ?

St Jean Paul II : Prier le Rosaire en famille pour les familles !

> "il est urgent de s'engager et de prier pour une autre situation critique de notre époque, celle de la famille, cellule de la société, toujours plus attaquée par des forces destructrices, au niveau idéologique et pratique, qui font craindre pour l'avenir de cette institution fondamentale et irremplaçable, et, avec elle, pour le devenir de la société entière. Dans le cadre plus large de la pastorale familiale, le renouveau du Rosaire dans les familles chrétiennes se propose comme une aide efficace pour endiguer les effets dévastateurs de la crise actuelle."

Il fut un temps où cette prière était particulièrement chère aux familles chrétiennes et en favorisait certainement la communion. Il ne faut pas perdre ce précieux héritage. Il faut se remettre à prier en famille et à prier pour les familles, en utilisant encore cette forme de prière.

En ces temps troublés, privilégions le réalisme de l'Espérance

Bien chers jeunes amis,

les évènements de notre monde, en ce nouveau mois du rosaire de l’année 2014, suscitent chez nos contemporains peur, angoisse, tristesse, souffrance et colère. Nous vous avons souvent rappelé les quatre premiers mots de la Constitution pastorale des évêques du Concile Vatican II, l’Eglise dans le monde de ce temps : Gaudium et Spes, Luctus et Angor. Ces quatre mots latins signifient: joie et espérance, tristesse et angoisse. Le titre de la Constitution a privilégié les deux premiers mots, car nos évêques ont fait le choix du réalisme de l’espérance.
Alors, nous aussi, privilégions le réalisme de l’espérance et, en ces temps troublés, continuons sans nous lasser à témoigner de la joie de Dieu et de l’espérance chrétienne. La Consigne de cordée vous fera redécouvrir encore l’importance de la prière du rosaire pour la paix et la famille. Soyons les petits instruments zélés et confiants du Coeur Immaculé de Marie. Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus nous invite à prendre sa résolution: je ne me découragerai jamais !

Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine. Père Bernard

- page 1 de 6