Avec l’Eglise universelle, nous prions aussi en ce jour Sainte Jeanne de Chantal, la Fondatrice avec Saint François de Sales de l’Ordre de la Visitation. St François de Sales lui a permis d’acquérir un esprit de profonde humilité envers Dieu et d’une grande douceur envers le prochain. Ste Jeanne de Chantal a compris que l’on pouvait être martyr sans verser son sang : « je crois que c’est parce qu’il y a un martyre qui s’appelle le martyre d’amour ». Elle a vécu ce martyre d’amour et elle peut nous aider à être les témoins de l’Amour que Jean-Paul II désirait que nous soyons. Gardons en nos cœurs cette recommandation de Ste Jeanne de Chantal : « Ce serait un amour avare que de quitter le monde, qui n’est rien, pour posséder Dieu, qui est tout. Non, il faut tout quitter et demeurer à la merci de l’amour divin, afin qu’il fasse de nous ce qu’il lui plaira ». Demandez à Notre-Dame des Neiges cette grâce d’être en vérité à la merci de l’Amour divin afin qu’il fasse de nous ce qu’Il lui plaira.

Notre monde, en effet, a besoin de vrais témoins de Jésus. N’ayez pas peur de participer à la nouvelle évangélisation. Tous les baptisés doivent désirer y participer : les laïcs, les prêtres, les évêques, les consacrés. Vous, les jeunes, vous avez une mission très importante : c’est à vous qu’il revient d’évangéliser les autres jeunes de ce monde. Jean-Paul II avait bien compris cela. Les JMJ sont nées en son esprit en 1985. En cette année internationale de la jeunesse, ce Grand Pape eut l’idée d’inviter les jeunes à Rome pour le dimanche des Rameaux. C’était l’année de mon diaconat et de la fin de mes études universitaires à Rome. Nous avons participé au premier grand rassemblement des jeunes à Rome. Plusieurs sceptiques avaient prédit que ce serait un échec : 300 000 jeunes sont venus ! Jean-Paul II décida alors d’instituer officiellement les Journées mondiales de la Jeunesse.Je garde en mémoire les quatre Journées mondiales auxquelles j’ai participé : St Jacques de Compostelle en 1989, nous étions 500 000 ; Czestochowa en 1991, 1 350 000 ! Après la communion de la Messe du dimanche, Jean-Paul II a improvisé pour dire avec enthousiasme et joie : nous vivons une nouvelle Pentecôte ! En 1997, les JMJ se sont déroulées à Paris. La Messe de Longchamp fut suivie par plus d’un million de jeunes. Des commentateurs ont parlé de « révolution de l’amour ». Les JMJ de Rome ont été très fatigantes mais nous ne pourrons jamais les oublier : deux millions de jeunes rassemblés à Tor Vergata. Jean-Paul II avait déjà des difficultés pour se déplacer et pour parler, mais il était profondément heureux. Il a alors ainsi défini les JMJ : le Pape et les jeunes évangélisent le monde ! Cette définition, j’en suis profondément convaincu, lui a été inspirée par le Saint Esprit. Car, de fait, c’est bien cela qui s’est réalisé ensuite avec Benoît XVI à Cologne et à Sydney : le Pape et les jeunes ont évangélisé l’Allemagne et l’Australie.

Dans ces prochains jours, avec Benoît XVI, vous allez avoir la mission d’évangéliser l’Europe et le monde. Mgr Boccardo, qui aidait Jean-Paul II dans la préparation des JMJ disait : « vous n’êtes pas l’Eglise de demain, mais le cœur jeune de l’Eglise d’aujourd’hui ». Vous pouvez compter sur notre prière auprès du Cœur de Jésus et auprès du Cœur immaculé de Marie, Notre-Dame des Neiges afin que vous compreniez, chacun et chacune, la mission que Dieu vous confie. L’Europe est en crise parce qu’elle a apostasié. Elle a rejeté ses racines chrétiennes pour édifier une civilisation sans Dieu, fondée sur le relativisme. Cette civilisation a engendré les cultures de la mort qui ont promu l’avortement et l’euthanasie. L’Eglise compte sur vous pour relever le défi et, avec le Pape et les évêques unis à lui, être les témoins courageux des valeurs non négociables : le respect inconditionnel de la vie de sa conception à son terme naturel ; la défense de la famille, fondée sur le mariage entre un homme et une femme ; l’obéissance à la Loi naturelle, seul fondement des Droits de l’homme ; la primauté de Dieu dans la vie personnelle, familiale et sociale : Dieu, premier servi ! N’ayez pas peur de cette mission. N’entendez-vous pas les premiers mots de Jean-Paul II : « n’ayez pas peur » ? N’oubliez pas de prier Sainte Jeanne d’Arc : elle a héroïquement accompli sa mission. Comprenez aussi que, sans Jésus, nous ne pouvons rien faire, mais avec Lui, nous pouvons tout : Sa Puissance se déploie dans notre faiblesse. Laissez-vous enfin guider par la Vierge Marie en vous consacrant à son Cœur immaculé. Vivez dans la joie et la paix des enfants de Dieu.