Au cours des JMJ de Madrid, il leur a fait don d’un précieux outil pour l’éducation de leur Foi : « Youcat ». N’hésitez pas à acheter des exemplaires en français et à les offrir à des jeunes. Benoît XVI est convaincu que les jeunes peuvent par leur enthousiasme et leur ardeur en vue d’un idéal, offrir une nouvelle espérance au monde.

Admirons le réalisme de l’espérance de notre Saint-Père et imitons-le en faisant confiance aux jeunes et en leur permettant de prendre leurs responsabilités pour rendre notre monde plus juste, plus humain, plus conforme au plan de Dieu sur l’humanité. Les jeunes, cependant, ont besoin de recevoir une éducation humaine et chrétienne. Nous sommes très heureux d’accueillir ce message de notre Pape. Nos Père et Mère ont compris l’urgence de l’éducation des cœurs. L’éducation ne concerne pas seulement l’intelligence, elle concerne tout l’homme : ses sens, son affectivité, sa mémoire, son intelligence, sa volonté, son cœur. Il est important, pour Benoît XVI, que tous les responsables de l’éducation (parents, éducateurs, hommes politiques, responsables des Médias) comprennent la nécessité - pour l’avenir du monde - de l’éducation des jeunes.

Il faut éduquer d’abord à la vérité et à la liberté. Dans les Sessions et Forum, qui se sont tenus en notre Foyer de Sens, nous avons approfondi, avec Jean-Paul II, ce lien entre liberté et vérité. Vous pouvez télécharger sur notre Site les textes et les vidéos.

Les jeunes doivent aussi être éduqués à la vraie justice :

« Heureux les affamés et assoiffés de la justice, car ils seront rassasiés » (Mt 5, 6). Ils seront rassasiés parce qu’ils ont faim et soif de relations justes avec Dieu, avec eux-mêmes, avec leurs frères et sœurs, et avec la création tout entière ».

Cette conviction de notre Pape, dont le fondement est la Révélation, est à méditer en profondeur pour pouvoir être assimilée et transmise fidèlement dans l’éducation. Ne faisons pas de contre-sens sur la « justice » ! L’homme juste, dans la Bible, c’est l’homme qui observe les 10 commandements de Dieu.

L’éducation à la vraie paix n’est pas facile. Benoît XVI n’est ni un utopiste, ni un rêveur idéaliste:

« J’invite particulièrement les jeunes, qui maintiennent toujours vive la tension vers des idéaux, à avoir de la patience et de la ténacité dans la recherche de la justice et de la paix, dans l’éducation du goût pour ce qui est juste et vrai, même si cela peut comporter des sacrifices et aller à contre-courant ».

N’oublions jamais, enfin, que sans Dieu nous ne pouvons pas éduquer en vérité :

« Je veux dire à tous avec force, et particulièrement aux jeunes: « Ce ne sont pas les idéologies qui sauvent le monde, mais c’est seulement le fait de se tourner vers le Dieu vivant, le garant de ce qui est véritablement bon et vrai… de se tourner sans réserve vers Dieu, qui est la mesure de ce qui est juste et qui est, en même temps, l’amour éternel. Qu’est-ce qui pourrait bien nous sauver sinon l’amour ? L’amour se réjouit de la vérité, il est la force qui donne la capacité de s’engager pour la vérité, la justice et la paix, car il excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout (cf. 1 Co 13, 1-13) ».

Méditons attentivement la conclusion du message de Benoît XVI, qui appelle les jeunes à ne pas se décourager et à être des exemples stimulants pour les adultes :

« Plus vous vous efforcez de vaincre les injustices et la corruption, plus vous désirerez un avenir meilleur et vous vous engagerez à le construire, alors vous le serez vraiment. Ayez conscience de vos potentialités et ne vous repliez jamais sur vous-mêmes, mais sachez travailler pour un avenir plus lumineux pour tous. Vous n’êtes jamais seuls. L’Église a confiance en vous, elle vous suit, elle vous encourage et désire vous offrir ce qu’elle a de plus précieux : la possibilité de lever les yeux vers Dieu, de rencontrer Jésus Christ, Celui qui est la justice et la paix ».

Oui, avec Benoît XVI, faisons confiance aux jeunes, qui sont le cœur jeune de l’Eglise et du monde, mais ne les laissons pas sans vraie éducation humaine et chrétienne.

Allons de l’avant et avec Benoît XVI, entrons, ensemble, en cette nouvelle année et vivons dans l’espérance en priant et offrant pour hâter le triomphe du Cœur immaculé de Marie.