« Dans (ces paroles si évocatrices, nous trouvons l'essence même de la révélation totale du Christ à l'homme, à chaque homme, qui doit l'accepter comme la Voie s'il ne veut pas se perdre, l'assumer comme la Vérité s'il ne veut pas tomber dans l'erreur, et s'ouvrir à l'effusion de la Vie − la Vie éternelle − qui émane de lui, s'il ne veut pas se laisser absorber par des idéologies et des cultures de mort et de destruction. Aujourd'hui, comme hier, nous devons découvrir personnellement, comme l’Apôtre St Jacques, que le Christ est le Seigneur, afin de nous transformer en serviteur et en apôtre, en témoins et en évangélisateurs, et construire ainsi une civilisation plus juste, une société humaine où il fait bon vivre.

Puissent ces paroles du Grand Pape Jean-Paul II nous stimuler à davantage prier pour l’Europe qui se prépare à des élections importantes pour son avenir. Jean-Paul II nous a invités à édifier l’Europe des Nations, fidèle à ses racines chrétiennes. En 1982, de St Jacques de Compostelle, il avait lancé un grand appel à la vieille Europe afin qu’elle se réveille et se retrouve elle-même. Les autres Continents, lui avait-il dit, attendent la réponse de l’Europe au Christ : « je le puis ! » L’appel de Jean-Paul II n’a pas été entendu par tous les Européens, mais il l’a été par les jeunes. Aujourd’hui, les générations Jean-Paul II, Benoît XVI et François sont mobilisés pour le renouveau de la France profonde et de l’Europe. Des baptisés endormis se réveillent et commencent à comprendre qu’un grand combat se mène entre les dictatures du relativisme et les cultures de la vérité, du bel amour et de la vie. Dans son dernier livre « Levez-vous ! Allons ! » (p. 168), Jean-Paul II disait :

« La plus grande faiblesse de l’apôtre est la peur... Les disciples qui abandonnèrent le Maître, augmentèrent le courage des bourreaux. Celui qui se tait face aux ennemis d’une cause enhardit ces derniers. La peur de l’apôtre est le premier allié des ennemis de la cause. ‘Par la peur contraindre à se taire’, telle est la première stratégie des impies. La terreur utilisée par toute dictature est calculée sur la peur des apôtres». Entendons cet appel au courage et n’ayons pas peur d’ouvrir notre cœur à Jésus.

Saint Pierre, dans la 2e lecture, nous disait : frères, allez vers le Seigneur Jésus, Il est la pierre vivante. Annoncez les merveilles de celui qui vous a appelés à son admirable lumière ! Benoît XVI et le Pape François nous demandent de ne pas avoir honte du Seigneur Jésus et de Son Eglise. Puisse notre récollection de Foyers nous obtenir joie et espérance : la crise spirituelle, morale et économique ne doit pas nous décourager. Jésus a vaincu le monde, Il est ressuscité, Il est le Vivant. La civilisation de l’Amour se construira malgré l’acharnement de l’Enfer. Vivons de la joie de l’évangile et participons avec détermination et conviction à la nouvelle évangélisation, l’Esprit Saint, comme aux premiers temps de l’Eglise agira. En ce dimanche, la première lecture nous révèle son action efficace dans les 7 premiers diacres de l’Eglise, humbles et fidèles serviteurs de Jésus. Saint Luc dit que la parole du Seigneur gagnait du terrain et le nombre des disciples de Jésus augmentait. Ayons confiance : ce qui s’est réalisé aux premiers temps de l’Eglise à Jérusalem se réalisera aussi en notre temps !

Je voudrais conclure, en ce mois de Marie, par le dernier grand appel de Jean-Paul II à la France, le 15 août 2004 à Lourdes, qui s’adressait particulièrement aux femmes :

« La mission particulière qui revient à la femme, à notre époque tentée par le matérialisme et par la sécularisation : être dans la société actuelle témoin des valeurs essentielles qui ne peuvent se percevoir qu’avec les yeux du cœur. A vous, les femmes, il revient d’être sentinelles de l’Invisible ! A vous tous, frères et sœurs, je lance un appel pressant pour que vous fassiez tout ce qui est en votre pouvoir pour que la vie, toute vie, soit respectée depuis la conception jusqu’à son terme naturel. La vie est un don sacré, dont nul ne peut se faire le maître. La Vierge de Lourdes a enfin un message pour tous: le voici: soyez des femmes et des hommes libres ! Mais rappelez-vous: la liberté humaine est une liberté marquée par le péché. Elle a besoin elle aussi d’être libérée. Christ en est le libérateur, Lui qui nous a libérés pour que nous soyons vraiment libres (Ga 5,1). Défendez votre liberté! Nous pouvons compter sur Celle qui, n’ayant jamais cédé au péché, est la seule créature parfaitement libre. C’est à elle que je vous confie. Marchez avec Marie sur les chemins de la pleine réalisation de votre humanité ! »

Cet appel est vraiment très actuel. Préparons la fête des mères de dimanche prochain, défendons notre liberté et laissons-nous guider par la Vierge Marie !