Notre monde post-moderne se glorifie de ses progrès scientifiques et techniques, des moyens de communication. Grâce à Internet, le monde est devenu comme un village. Un évènement quelque peu important, qui se passe en un endroit du monde, est immédiatement connu dans le reste du monde. Cette unité du monde est très bonne, mais elle sert aussi la cause du Mal. Ainsi, à cause du relativisme et des idéologies matérialistes et hédonistes, beaucoup continuent encore à penser que Dieu n’existe pas, ou vivent comme s’Il n’existait pas. Nous vivons le temps de l’éclipse de Dieu, selon l’expression de Benoît XVI. Ce monde, pourtant, n’est pas le produit du hasard et de la nécessité. Il a été pensé par l’Intelligence divine, créé par la Puissance divine : Dieu en Trois Personnes. Jean-Paul II, à Czestochowa, le 14 août 1991, disait : « Homme, peux-tu exister si Dieu n’existe pas ? » Le Cardinal Robert Sarah vient d’éditer un livre prophétique : Dieu ou rien ! Ce Cardinal, né en Guinée Conakry, a tout reçu des missionnaires spiritains et de la France. Il souffre d’autant plus de la grave crise spirituelle de notre pays et il lance ce cri : Dieu ou rien, afin que nous ouvrions nos esprits et nos cœurs à ce Dieu qui nous aime d’un Amour infini !

La première lecture de ce dimanche

rappelle que Dieu s’est manifesté dans l’histoire humaine. Il est entré en relation avec Abraham, Isaac et Jacob. Il a parlé au Peuple d’Israël par l’intermédiaire de Moïse et des autres prophètes. Il a accompli de très grands miracles en faveur de Son Peuple. Ne doutons pas de l’Histoire du Salut, transmise par l’Ecriture Sainte et la Tradition. Aidons nos contemporains à ouvrir humblement leur cœur à Dieu Créateur afin qu’ils aient la joie de Le connaître et L’aimer en imitant Saint Augustin : notre cœur est sans repos tant qu’il ne repose en Toi, Seigneur ! Oui, Dieu Seul est la source de la vraie joie et du bonheur éternel : Dieu ou rien.

Saint Paul, dans la deuxième lecture, nous invite à nous enthousiasmer : par le baptême, nous sommes vraiment devenus enfants de Dieu, frères et sœurs de Jésus ! La preuve de ce don inouï : l’Esprit Saint crie en nous vers le Père en L’appelant: «Abba», c’est-à-dire : Papa ! Personne n’aurait osé appeler ainsi Dieu le Père si Jésus, Son Fils unique, ne s’était pas fait homme et n’avait pas accompli la Rédemption ! Demandons à la Vierge Marie d’intercéder auprès de l’Esprit Saint afin que beaucoup reçoivent le don la Foi, demandent le baptême et deviennent enfants de Dieu. Il n’existe pas sur terre un don plus grand que celui de devenir enfant de Dieu ! Pourquoi ne pas reprendre ce chant : je suis chrétien, voilà ma gloire, mon espérance et mon soutien, mon chant d’amour et de victoire, je suis chrétien, je suis chrétien !

L’évangile de cette solennité de la Sainte Trinité était l’envoi des apôtres par Jésus pour évangéliser, baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit et éduquer en apprenant à garder les commandements de Jésus. Cette conclusion de l’évangile selon Saint Matthieu transmet la plénière révélation du mystère de Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit. Aucun homme, jusqu’à la venue de Jésus, ne pouvait connaître ce mystère. Tout homme pouvait savoir à partir de la Création que Dieu existe, qu’Il est le Créateur du monde visible, Vrai, Bon, Juste, Amour et Miséricorde. Jésus, Seul, nous révèle le vrai visage de Dieu, Un en Trois Personnes. Puisse l’Esprit-Saint éclairer ceux qui croient, comme nous, en un Dieu unique et Créateur et L’adore. Que leur intelligence soit illuminée afin qu’ils comprennent que la Trinité des Personnes ne nuit pas à l’unité de la nature divine, mais révèle, au contraire, que Dieu est Amour. Le Père est Dieu, Il se donne dans l’Amour à son Fils et à l’Esprit Saint. Le Fils est Dieu, Il reçoit l’Amour de Son Père et Se donne à l’Esprit Saint. L’Esprit Saint est Dieu, Il reçoit le don d’Amour du Père et du Fils et Il est, pour chacun de nous, don d’Amour. Nous avons, par l’Eglise et le don de la Foi, la connaissance de ce mystère, mais avec notre intelligence limitée, nous ne pouvons pas encore le comprendre en plénitude. Adorons-Le et ayons cette conviction : ce mystère n’est absolument pas contradictoire.


En cette Fête des mères, rappelons que la maternité n’existe pas dans le mystère trinitaire. Dieu Créateur, en créant l’homme et la femme, a créé la maternité. Après le péché originel, Adam a donné à son épouse le nom d’Eve, la mère des vivants. Eve n’était encore que la figure de la parfaite Mère des vivants : la Vierge Marie. Prions en ce dimanche la Vierge Marie, notre Mère, et confions-lui toutes les mamans.